POPPY

Rosie et Penn ont toujours rêvé d’avoir une fille. Quatre fils plus tard, ils décident de tenter leur chance une dernière fois… et donnent naissance au beau petit Claude.
Dès son plus jeune âge, le dernier de la tribu se distingue : il préfère les robes aux pantalons, veut pouvoir s'asseoir sur ses cheveux longs et rêve de devenir une princesse. Quand il sera grand, Claude, désormais nommé Poppy, voudrait être une fille.
Pour cette grande famille aussi chaleureuse qu’atypique, Claude peut être celui qu'il ou elle veut. Mais à l'école et dans leur entourage, accepter la différence n’est pas simple. Commence alors un long chemin pour Poppy et les siens…

Une collègue m'a demandé il y a quelques jours des suggestions de livres pour ses vacances. J'ai donc repris le chemin du blog (que je néglige un peu trop ces derniers temps, pour des raisons indépendantes de ma volonté) afin de vous parler de quelques titres, dont Poppy et les Métamorphoses (qu'elle a embarqué dans sa valise).
Un roman qui m'a attirée car il aborde un thème peu traité en littérature "grand public", à savoir la transidentité (en littérature française, dernièrement, il y a eu Point Cardinal de Léonor de Recondo, que j'avais lu et trouvé juste, mais qui m'avait un peu laissée sur le bord de la route), et qu'il se base en partie sur l'
histoire profondément personnelle de Laurie Frankel, laquelle s'est inspirée de son parcours avec son propre fils pour tisser la trame de son roman (elle en parle un peu dans son épilogue).

Poppy et les métamorphoses est une histoire sincère, touchante, où l'on suit Poppy-Claude du début à la fin avec beaucoup de tendresse, en espérant la/le voir être celle ou celui qu'elle/il ressent au plus profond d'elle/lui-même, sans se préoccuper de quoi ou qui que ce soit d'autre.

D'emblée, et c'est ce qui fait la force de ce roman, Poppy-Claude est attachant(e), tout comme sa famille, qui se montre compréhensive, bienveillante, impliquée: un père écrivain qui invente des histoires qui adoucissent, une mère médecin, des parents ouverts, aimants, bien que pleins de doutes et de craintes face aux étapes et décisions qui se présentent à eux, ainsi que des frères désorientés mais respectueux.
Une famille parfois 
un peu dépassée par les évènements, mais qui fait front. Enfin, dépassée surtout par les autres, leurs oeillères, leur violence, verbale ou physique, face à la différence. Alors que tout semble si naturel à travers les yeux d'un enfant. 

Malgré quelques longueurs et un côté parfois légèrement "simpliste", ce roman ne se lâche pas et a le mérite d'ouvrir des portes encore peu ouvertes, de permettre à certains de questionner leurs préjugés et leur conformisme, et à d'autres de peut-être se sentir moins seuls en partageant le cheminement intime d'un enfant vers lui-même, et de ses parents dans l'accompagnement d'un possible changement de sexe, sans jugement. 
Un livre sur l'identité sexuelle plein d'une tolérance qui fait du bien, abordant avec douceur, mais sans naïveté car dans la difficulté et l'adversité, un sujet encore tabou qui ne devrait plus l'être.  

" - La troisième étape est plus amusante. La troisième étape, c'est de continuer à avancer.
- Et ça prend combien de temps? demanda Rosie de mauvaise grâce.
- Ça prend toute la vie, répondit M. Tongo, de son air jovial habituel. C'est une bonne chose qu'elle s'y mette tôt."

 L'auteure >> Laurie Frankel vit à Seattle avec son mari, son enfant, son border collie, et beaucoup de livres.
Elle a longtemps enseigné la littérature à l’université et se consacre désormais entièrement à l’écriture. Après Adieu ! ou presque... (Fleuve Éditions, 2013; Pocket, 2017), Poppy et les métamorphoses est son deuxième roman.
Son site : www.lauriefrankel.net