Chez moi, il y a 2 piles de livres lus: 

Celle de ceux qui restent et vont rejoindre la bibliothèque, et celle des livres qui vont être revendus chez Gibert, ou offert à celles qui les ont demandés.

Heureusement, la pile de ceux qui restent est plus importante que l'autre, même si ma bibliothèque explose, ça me plaît de la voir si pleine de jolis livres. (Surtout, je ne trouve jamais le temps d'aller chez Gibert et je préfère que le sac ne soit pas trop lourd... >> je serais capable de me dire que finalement tel ou tel livre n'était pas si mal, afin de soulager mon vieux dos).

Dans la pile de ceux qui restent, en voici quelques uns, dans le désordre, ou un ordre tout personnel que je ne connais pas moi même....

 

 

81CGiRuY90L

COMPLETEMENT CRAME - Gilles LEGARDINIER

Ce n'est pas la suite de DEMAIN J'ARRETE, malgré la couv qui peut vraiment rappeler son roman précédent.
Mais c'est dans le même style. 
Dans un style un peu plus proche de Gavalda, tout de même, je crois.
Il y a de l'humour, mais pas que. Il y a une émotion subtile, des personnages solitaires qui se rencontrent, se croisent, se frôlent, s'apprivoisent.

L'histoire:
Arrivé à un âge où ceux qu'il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n'a même plus le coeur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays où il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien.
En débarquant au domaine de Beauvillier, rencontres et situations qui dérapent vont vite bousculer ses plans... Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps ; Odile, la cuisinière et son caractère aussi explosif que ses petits secrets; Manon, jeune femme de ménage perdue; Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, et même l'impressionnant Méphisto, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui pensait en avoir fini va être obligé de tout recommencer...

Une jolie aventure humaine, qui fait l'effet d'un bon bain chaud.

 

 

41-TUbyXSrL

 ICI CA VA - Thomas VINAU

Celui ci est un roman que je n'aurais peut être pas croisé sans l'exitence de mon libraire. 
Une petite fiche posée à côté, me criant "lis le, lis leeee". J'ai pris.

C'est quand même un peu une sorte d'OVNI littéraire. Pas simple dans le style, un peu abrupt, phrases courtes, et quelques points d'interrogations sur le pourquoi du comment. Jusqu'à ce que l'on se rende compte que l'on a pas besoin de savoir. Que l'on est avec ce couple. Que l'on devient ce couple... 
Je me suis beaucoup retrouvée, de manière très personnelle dans l'homme du couple, vivant dans la maison de son enfance... et dans sa reconstruction.
Un livre très court, qui reste en mémoire longtemps après et donne régulièrement envie de le reprendre pour quelques petites heures.
Et de remercier l'éditeur de lui avoir donné sa chance.

L'histoire:
Un jeune couple s’installe dans une maison apparemment abandonnée. L’idée? Se reconstruire en la rénovant. Tandis qu’elle chantonne et jardine, lui – à pas prudents – essaie de retrouver ses souvenirs dans ce lieu qu’il habita enfant. Ses parents y vécurent heureux, avant que la mort soudaine du père coupe le temps en deux. Dans ce paysage d’herbes folles et d’eau qui ruisselle, ce sont les gestes les plus simples, les événements les plus ordinaires qui vont réenchanter la vie : la canne à pêche, la petite voisine, les ragondins, la tarte aux fruits, l’harmonica. Petit à petit, il reprend des forces et se souvient tandis qu’elle lui fait le plus beau des cadeaux en ne lui demandant rien : « Elle n’a pas besoin d’être confortée sur ma virilité. Ma capacité à être un bonhomme. À construire. À la protéger. Elle n’aime pas ma perfection. Ça tombe bien. J’apprends à ne plus écouter la chanson lancinante de mes plaintes. J’apprends à rire plus fort. J’apprends à recommencer ». 

Phrase lue à voix haute:

IMG_5321

 

 

 

 

 

 

 

91odk5OPIaL

LA LETTRE QUI ALLAIT CHANGER LE DESTIN D'HAROLD FRY ARRIVA LE MARDI - Rachel JOYCE

Je pourrais dire que c'est inégal. Et ça l'est selon moi. Mais c'est aussi ce qui fait l'attrait de ce roman, qui le rend humain et crédible. Et attachant.
Il y a de l'espoir, de l'amertume, des regrets et des envies d'y croire, de tout changer alors que ce n'est plus possible mais qu'en fait il n'est jamais totalement trop tard... 
Je pense qu'on se laisse prendre par l'histoire, ou pas...
On part en pélerinage avec Harold, ou pas...

Ca fait penser au film de David Lynch, Une Histoire Vraie (1999) où un vieil homme de 73 ans en mauvaise santé se lançait dans une expédition sur sa tondeuse autoportée pour retrouver son frère qui venait d’avoir eu une attaque.

Un roman qui fait se dire et redire et re redire que parfois il est vite trop tard, et que l'on doit en profiter, que l'on doit veiller à ne pas laisser trop de regrets ou de remords derrière soi... que l'on est tous imparfaits et que l'on gagnerait du temps à l'admettre tout de suite.

 

L'histoire:
Harold Fry est bouleversé par la lettre qu il reçoit de Queenie Hennessy, une ancienne amie qui lui annonce qu elle va mourir.
Alors que sa femme, Maureen, s affaire à l étage, indifférente à ce qui peut bien arriver à son mari, Harold quitte la maison pour poster sa réponse. Mais il passe devant la boîte aux lettres sans s arrêter, continue jusqu au bureau de poste, sort de la ville et part durant quatre-vingt-sept jours, parcourant plus de mille kilomètres à pied, du sud de l Angleterre à la frontière écossaise. 
Car tout ce qu Harold sait, c est qu il doit continuer à marcher.
Pour Queenie. 
Pour son épouse Maureen. 
Pour son fils David. 
Pour nous tous.