Ces livres se retrouvent dans le même article car ils ont été édités chez le même éditeur, Stéphane Million, dont je vous invite à découvrir le sublime catalogue:

http://stephanemillionediteur.com

Je les ai quasiment tous, je les achète comme on fait une collection, comme certains ne parviennent pas à résister à une xième chouette ou amulette...
Et ils sont tellement jolis qu'ils sont toujours à la meilleure place dans ma bibli...

 

932991954

LE VOYAGE PRES DE CHEZ MOI - Jérôme ATTAL

Jérôme ATTAL est un auteur attachant que je suis depuis longtemps (Pagaille Monstre, Folie Furieuse (que je compte relire et dont je viendrai vous parler), ..., paroles de chansons...).
J’attendais donc son dernier roman avec impatience, ce qui m’a fait attendre la St Valentin en trépignant cette année, probablement la seule et unique fois de ma vie.
Et, ENFIN, je suis allée le chercher… un peu comme on part chercher quelqu’un à la gare.

A peine arrivés dans son nouveau chez lui, j’ai commencé ce roman avec envie et ferveur, après l'avoir manipulé dans tous les sens.
Et puis, comme quand on fait l’amour, j’ai voulu ralentir. Pour prolonger le moment.
Et lorsque je l’ai terminé car il était juste impossible de lui résister tant il me faisait de l’œil en permanence posé un peu partout dans ma vie, j’ai eu besoin de le digérer, un peu comme le besoin de clope après l’amour (sauf que je ne fume pas, mais je suis sûre que c’est pareil)…

L’histoire ? :

Après dix-sept ans passés dans le même petit appartement, Jérôme, vivant de sa plume, décide de déménager dans la rue d'à côté pour un endroit un tout
petit peu plus grand. Il travaille sur un nouveau roman, mais aussi l’écriture d’un long-métrage. Parolier, il est contacté pour le prochain Johnny Hallyday, et... pour la chanson de l’Eurovision. Ne souhaitant pas ennuyer ses amis, en plein mois de décembre, il transbahute une vie dans un cabas jaune à roulettes, tout en poursuivant ses activités d’auteur...
Un regard amusé sur les arcanes de la création culturelle française.
C'est aussi lors de ce voyage près de chez lui qu'il se lance un dernier défi : accoster la jolie voisine qu'il n'a jamais eu le courage d'accoster durant toutes ces années.

C’est mieux que la réponse que j’avais donnée à la sempiternelle question « il parle de quoi ton livre ? ».
« De déménagement, de Paris, d’amour, de neige, de galère, de solitude, des autres, et comment faire cuire des pâtes pour une seule personne, avec un caddie jaune. Entre autres… » (ce qui m’avait valu un lever de sourcil).

Autant certains romans nous font perdre le sourire en cours de route, autant celui ci le fait apparaître de plus en plus.
De ces sourires attendris, parfois un peu tristes, de ceux que tu peux avoir devant une scène insolite dans la rue, une pensée incongrue, ou même un film de Chaplin…. 
De ces sourires que l’on a devant des amis un peu perdus, fragiles et seuls, vers lesquels tu voudrais tendre toutes les mains de ton corps.

Il y a un rythme très cinématographique dans ce roman. Avec Paris sous la neige en second personnage.
Un savant mél
ange de genres, des arrêts sur image, flèches en pleine phrase, qui stoppent tout mouvement.
Des titres de chapitres dignes de titres de chansons. 
Le chapitre "Cédric à la radio" où il m’a cueillie, le bougre…
Des mots qui font mouche à chaque page.
Non, vraiment, ça vaut le voyage.

(Et, sans mentir, note sans intérêt mais quand même, j’ai un petit cabas jaune à roulettes que je traite totalement différemment depuis, parce qu’un jour peut être que lui aussi trimballera toute ma vie…).

PS: OH j'ai oublié ma sacro sainte phrase lue à voix haute!!

"J'ai toujours tendance à miser sur la vie qui fait que les êtres qui doivent se rencontrer se rencontrent, à miser sur Paris qui fait que les êtres qui doivent se réunir se retrouvent, à miser sur ma connaissance des rues qui fait que les êtres insupportables sont faciles à semer." (... ♥ )

 

 

1632215873

LES ETOURNEAUX - Fanny SALMERON

Vous allez me dire que je vous fatigue avec mes livres et mes emportements... :-)

Mais en plus je l'ai lu au moment où on nous parlait d'un astéroïde qui devait frôler la Terre, et la Russie a alors été touchée par une pluie de météorites, ce que j'ai trouvé quand même fabuleux!!
Pourquoi, me demanderez vous??!

Parce qu'il y est justement question d'un astéroïde menaçant, et d'attentats, mais surtout surtout surtout (ne prenez pas peur) il y est question de douceur, de poésie, d'amour, de vide aussi. 
Tout dans ce livre est d'une sensibilité remarquable. 
Je pourrais vous le lire tout entier à voix haute, en insistant sur le chapitre "Tarpeira" ainsi que "La Radio"... et tant d'autres passages qui m'ont propulsée pendant une durée indéterminée sur mon nuage songeur.

Mais allons-y pour la sacro sainte phrase lue à voix haute: "Elle aurait voulu avoir son image dessinée dans la paume de la main, pour la regarder quand elle voulait".

Une jeune auteur rare comme j'aimerais en lire plus souvent, elle a déjà sorti (et j'avais adoré) "Si Peu d'endroits confortables", et "Le travail des Nuages".


(Et puis, franchement, vous avez vu la beauté de la couverture? Ca donne envie de laisser son Cybook de côté un moment...).

4000231697733

RESTONS EN LA - France CAVALIE

C'est un très très beau roman.
Touchant, sensible, poétique... autour de ce sentiment d'incompréhension, d'abandon, de souffrance, de colère, de perte de soi et de manque de l'autre lors d'une rupture. 
Quand l'autre a déjà tourné le dos, alors que l'on est encore à terre.
C'est un livre que l'on prend de façon assez personnelle, selon son propre parcours de vie, selon son propre caractère, on partage ou on ne comprend pas, peut être. 

Avec également une description réaliste et crue des excès, dangers de l'alcool et la lutte permanente contre la rechute.

 

LA phrase que j'ai lue à voix haute: "Des mots noisettes, pour mon cœur écureuil"