saisis

Pendant trente-huit ans, Bartholomew Neil a vécu avec sa mère; jusqu'au jour où elle tombe malade et meurt. Comment vivre sans elle? Bartholomew pense avoir trouvé la voie quand il découvre une lettre de Richard Gere sur le Tibet libre dans le tiroir à sous-vêtements de sa mère. Les derniers temps, celle-ci l'appelait Richard; il y a forcément un lien cosmique. Croyant que l'acteur est destiné à l'aider, Bartholomew commence sa nouvelle vie en écrivant à Richard Gere. Jung et le Dalaï Lama, la philosophie et la foi, les contacts avec les aliens et la télépathie avec les chats, l'Eglise catholique et les mystères féminins; il explore tout dans sa relation épistolaire à sens unique. Mais ce que révèlent surtout ses lettres, c'est la quête touchante de Bartholomew pour se construire sa propre famille. Aidé par des amis inattendus, il s'embarque bientôt dans une Ford Focus de location, à la recherche d'un mystérieux Parlement des Chats et de son père biologique...

Premier roman traduit en France de Matthew Quick, cet auteur ne vous est peut-être pas inconnu, car il est l'auteur du roman ayant inspiré le film aux 8 Oscars: Happiness Therapy.

Comme dans Happiness Therapy, les personnages de Saisis ta chance, Batholomew Neil, sont excentriques, endommagés, à la croisée de chemins.
Bartholomew est atteint du syndrome d'Asperger, ou un syndrome qui y ressemble, car aucun mot n'est réellement mis sur son "handicap". Il a toujours vécu avec sa mère aimante et protectrice, mais une fois celle-ci morte, il se retrouve seul et démuni. Commence alors un échange épistolaire (à sens unique) avec Richard Gere, qu'il pense avoir été l'idole de sa mère.
Ces lettres, derrière le comique de la chose, lui permettent de livrer ses doutes, ses peurs et ses incompréhensions du monde sur lequel il pose un regard naïf et touchant.
Il croise d'autres personnages "différents"/décalés, un syndrome de la Tourette, une jeune femme psychotique, un prêtre qui quitte les ordres... et enchaîne les aventures avec eux en partant à la recherche du (très symbolique) Parlement des chats (errants), découvrant alors le monde, ses beautés et ses injustices, tel Forrest Gump.

Cela donne ce roman touchant, original, entre nuages et éclaircies, avec des gouttes de folie, de loufoquerie pour adoucir la tistesse et  les coups qui frappent parfois.
Un roman à la douce philosophie bien amenée, sans guimauve, qui traite du handicap, du deuil, et de la prêtrise avec tact.
Un feel-good book comme j'aime lire de temps en temps, que l'on repose avec un petit sourire ému, en souhaitant plein de belles choses à Bartholomew dans la "prochaine étape de sa vie".

Et je suis super curieuse de voir ce que va donner son adaptation ciné en cours, par Dreamworks (avec Richard Gere en guest ;-)?).

"Qu'est-ce que je te dis depuis que tu es petit? Chaque fois qu'il nous arrive quelque chose de mauvais, m'a dit maman alors qu'elle me bordait dans mon nouveau lit, soutenant que j'avais besoin de sommeil après avoir veillé toute la nuit, quelque chose de bien arrive - souvent à quelqu'un d'autre. 
Et c'est ça la Chance du Moment. Nous devons y croire? Nous le devons. Nous le devons. Nous le devons. {...}
... et alors que j'étais assis dans mon lit à penser à toutes les bonnes choses qui devaient forcément se passer dans le monde pour compenser et annuler les horribles mauvaises choses qui nous étaient arrivées à Maman et moi, j'ai commencé à voir pourquoi Maman croyait à la Chance du Moment. Croire - peut-être faire semblant- vous remontait le moral après ce qui s'était passé, et peu importait ce qui était vrai ou pas."

L'auteur >> Publié dans plus de trente pays et récompensé par le PEN/Hemingway Award, Matthew Quick a grandi dans le New Jersey. Il vit à présent en Caroline du Nord avec son épouse Alicia Bessette, elle-même romancière et musicienne.
Son site: http://matthewquickwriter.com

Les éditions Préludes : http://preludes-editions.com