n'oublier jamais

Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l’ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l’une des courses d’endurance les plus ardues du monde, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s’entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d’Europe, il a d’abord remarqué l’écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d’une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l’écharpe, mais la femme bascule.
Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l’inconnue, un filet de sang qui s’échappe du crâne. A son cou, l’écharpe rouge. Ceci est la version de Jamal. La vraie?

De Michel Bussi, j'avais lu, et aimé Un avion sans elle, et Ne lâche pas ma main, alors à la sortie de N'oublier Jamais, j'ai eu envie de vite plonger dans ce nouveau polar. 
Mais je vais avoir du mal à vous en parler, car je risquerais de trop en dévoiler. 
Disons qu'il y a une véritable atmosphère, un cadre normand cher à son coeur, avec ses falaises et ses embruns, et ses mystères qui ne se dévoilent que petit à petit, et surprennent (voire, je dois le dire, m'ont un peu semblés tirés par les cheveux...).

Dans N'oublier jamais, Michel Bussi nous offre un roman à la mécanique différente de ses précédents polars, usant un peu plus de psychologie, traitant de handicap, de clichés sociétaux, de deuil, de folie et de manipulation. 
Qui manipule qui? Pourquoi? Qui est Jamal? 
 
Ce polar, même s'il n'est pas mon préféré de Michel Bussi (et que le titre me laisse perplexe encore à l'heure actuelle...), m'a laissé un sentiment mitigé, mais il se laisse quand même facilement lire, car il contient tous les ingrédients pour que vous ne le lâchiez pas: du suspens, du rythme, des enquêtes non élucidées, des retournements (qu'il faut accepter...), de l'humour et même de bons sentiments... 

"Etre innocent, n'avoir rien fait de mal, n'avoir rien à se reprocher ne suffit pas.
Pas de fumée sans feu. Peu importent les preuves, peu importe la vérité, le doute s'insinue.
Malgré tout.
Malgré vous?"

Site de Michel Bussi: http://www.michel-bussi.fr
Les Presses de la Cité: http://www.pressesdelacite.com/site/page_accueil_site_editions_presses_de_la_cite_&1.html