_Hawkins_Train_Exe

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu'elle aperçoit derrière la vitre: Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l'être par le passé avec son mari, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il? Jess tromperait-elle son mari? Quelques jours plus tard, c'est avec stupeur qu'elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu... 

Comme bon nombre de thrillers psychologiques, lorsque vous commencerez La fille du train (dont les droits d’adaptation ciné ont été achetés avant même sa parution…), vous aurez du mal à le poser avant d'en savoir la conclusion (bien qu'il souffre, à mes yeux, d'un démarrage un peu lent et de quelques répétitions).

Au-delà de l'enquête sur la disparition de Megan et des multiples pistes sur lesquelles l'enquête nous mène, La fille du train est (surtout) un roman noir qui parle de personnes en pertes de repères et d'elles-mêmes: stérilité, maternité, traumatisme, dépression, fragilité/violence des relations de couple/manipulations, les ravages de l'alcool, le chômage... Les rebondissements s'enchaînent, sur un fond social qui ne laisse pas de glace (d'autant que j'ai ressenti une vraie sympathie envers le personnage de Rachel).
Et comme je ne veux rien spoiler, je m'arrête là...

En conclusion, pour un premier roman c'est du joli boulot, classiquement assemblé, peut-être frustrant pour certain(e)s, mais social (oui, je me répète), noir, féminin, et prenant. J'en attends l'adaptation cinématographique 
avec curiosité (selon Variety, elle serait dirigée par Tate Taylor - qui a déjà réalisé un film tiré d'un roman: La couleur des sentiments - pour Dreamworks et Mark Platt). 

"Nous sommes tous des voyeurs. Les gens qui prennent le train tous les jours pour se rendre au travail sont les mêmes partout dans le monde : chaque matin et chaque soir, nous sommes installés sur notre siège, à lire le journal ou écouter de la musique ; nous observons d’un œil absent les mêmes rues, les mêmes maisons et, de temps à autre, nous apercevons un éclair de la vie d’un inconnu. Alors on se tord le cou pour mieux voir."

L'auteur(e) >> Paula Hawkins a vécu au Zimbabwe, en France et en Belgique. Journaliste à Londres, La Fille du train est son premier roman. 
Son site: http://paulahawkinsbooks.com/

Les éditions Sonatine: http://www.sonatine-editions.fr/