IMG_6452

Nous avons tous un jour ou l'autre connu l'angoisse de l'examen. Franck Secondi, trentenaire farouchement ordinaire, paraît terrorisé -et pour cause- par le test que lui soumet l'inspecteur des douanes d'un lointain pays mystérieux. Un Etat dirigé par des individus dont les plus grands experts médicaux estiment qu'ils sont "probablement sous l'emprise de drogues puissantes", et que certains ressortissants comparent à "un croisement sauvage entre les Khmers rouges, l'ordre du temple solaire et la légion punk de Mad Max 2"… Pourquoi Franck Secondi se risque-t-il dans une telle aventure? Qui est cette chimère amoureuse qu'il imagine poursuivre? Et, surtout, quel rôle tiendra-t-il dans la bataille ultime contre la stupidité, ennemi séculaire de l'espèce humaine?

(Bon, comme je trouve le "résumé" ci-dessus pas très représentatif, je tente de faire le mien):
Franck Secondi est un homme divorcé un peu morose qui passe son temps "hors du temps", à voyager en avion, à noter le personnel, tester les équipements...
Un jour, en vol, il fait la rencontre presque inespérée de Kirsten, jeune hollandaise superbe, intelligente, qui succombe à l'attraction sexuelle qu'il y a entre eux.
Mais, après un début de relation chaotique, Kirsten disparait... 
Entrelacées dans cette histoire d'amour bancale, les aventures de Franck Secondi au Vorukhstan, où il pense la retrouver...
Mais voilà, pour rentrer au Vorukhstan (qui attire ses ouailles via internet...), il faut tout quitter, demander l'asile politique et passer un examen comme un entretien d'embauche. 
Car ce pays est dirigé par un nouveau genre de mouvement politique appelé L'automne des incompris: des intégristes qui veulent créer une nouvelle société de gens intelligents... et si vous échouez, vous vous engagez à accepter la sentence: être condamné à mort...

Dans cette surprenante fable loufoque, aussi sombre que sarcastique, décalée et truffée d'humour, Hugo Ehrhard tourne en dérision la société actuelle, l'individualisme, la surconsommation, l'absurdité de l'intégrisme/élitisme... et pointe les dangers de la solitude, de la manipulation sentimentale, et surtout les recrutements via internet.
Car, bien que le Vorukhstan soit un pays qui n'existe pas, Hugo Ehrhard ancre son roman dans la réalité, en faisant apparaître bon nombre de people, et plus sérieusement, en pointant des conditions de travail ou de vie (familiale, amicale ou amoureuse) pas toujours faciles. 

Alors, même si je lui reprocherais quelques maladresses, un essoufflement et une fin abrupte, L'automne des incompris reste une plutôt bonne surprise, un premier roman assez surprenant et décalé sur l'état actuel du monde, qui traite, avec pas mal de panache et d'ironie, des dangers d'une désillusion (sentimentale, professionnelle et/ou politique) et de cette envie d'ailleurs que l'on peut tous ressentir un jour.

Un auteur à suivre!

"Le chômage et le fanatisme religieux grimpaient, Wall Street se gavait. La calotte glaciaire fondait. Tom Cruise sortait un nouveau thriller. C’était fini."

L'auteur >> 24 décembre 1977. Venu au monde une poignée d’heures trop tôt, Hugo Ehrhard ne peut s’autoproclamer réincarnation de Charles Spencer Chaplin ; il se contente du statut de « plus merveilleux cadeau de Noël jamais reçu » spontanément décerné par sa mère, et approuvé avec enthousiasme par deux membres du corps médical avant tout impatients de rallier leurs réveillons respectifs. Aujourd’hui, Hugo Ehrhard vit entre les pots d’échappement du boulevard périphérique parisien et les vapeurs de kérosène du plus merveilleux aéroport jamais conçu, dans le climat d’émulation bienveillante qui caractérise si bien notre belle capitale. L'automne des incompris est son premier roman.

Le Dilettante: http://www.ledilettante.com

Livre lu dans le cadre du Comité de lecture de la médiathèque de Saint Quentin en Yvelines.