41W7pmT81oL

Ce titre (qui rappelle celui de la série Plus Belle La Vie, que je n'ai jamais regardée, mais rassurez vous, si vous êtes comme moi (non, ne le vivez pas mal), cela ne joue en rien sur la lecture de ce roman...) est une lecture commune à trois, avec Stephie http://milleetunepages.canalblog.com 
et Le petit carré jaune http://lecarrejaune.canalblog.com.

J'en avais lu beaucoup de bien chez Lucie ici: http://facetiesdelucie.canalblog.com/archives/2013/07/16/27655282.html, entre autres blogueuses conquises, et je l'avais ressorti du fond de ma seconde-PAL-à-gauche-du-canapé en me frottant les mains d'envie.

A vrai dire, je l'avais mis de côté car le bandeau m'avait un peu faite tiquer lorsque je l'avais acheté à ma librairie, même si, cela dit, je trouvais aussi quand même sympa/valorisant, de voir que l'avis des blogueurs était pris en compte et mis en avant. Mais... recommandé par LES blogueurs....? LES...? J'aurais préféré DES...
Parce que je suis blogueuse et que... je ne suis pas sûre que je le recommanderais (oui, je pinaille...).

Attention, je ne fais pas ma fine bouche, ma fille à lunettes qui fronce le nez et fait son intello en plissant fort sa ride du lion (faut bien qu'elle serve parfois cela dit). Non non... Loin de moi cette idée là.
Et ne me faites pas dire que c'est un mauvais livre!
NON!...

Mais... Bon, déjà... vous commencez à le savoir et sinon je vous le dis, je travaille à la télé
Pas dans la production d'une série, mais j'ai connu les diffusions de quotidiennes, les visionnages, les brain stormings, les réunions, les chiffres médiamétrie qui décident de l'ambiance et de l'organisation d'une journée... cette "usine" qu'est la production télé.
Et elle est vraiment très bien décrite, on voit que Thomas Raphaël sait de quoi il parle, et utilise des termes très spécifiques à ce monde, qui, je le crains, pourrait lasser les néophites... pour ma part, ça m'a un peu trop rappelé le boulot :-)
Attention, j'aime beaucoup travailler dans cet univers (et, oui, j'assume complètement), mais disons qu'étant en congé parental actuellement (j'assume complètement aussi), ces pages m'ont un peu trop renvoyée à mon bagde, les chiffres, les mails urgentissimes, les cavalcades dans les couloirs, et les journées qui durent.
J'ai tout de même eu de petits sourires émus, voire nostalgiques, et me suis dit que je retournerai au boulot avec plaisir, aussi (bon, on en reparlera de ça...), quand ce sera le moment (et peut être relirais-je alors ce livre, tiens!).

Ensuite...
Je n'ai pas nécessairement accroché à la "trame" de l'histoire >>
"Si, si, tout va bien, je vous assure. Après, à trente ans, j’avoue, j’imaginais ma vie un peu différemment. J’aurais bien aimé avoir terminé ma thèse. Avoir un job, un salaire, tout ça. Et si un éditeur avait pu accepter le roman que j’ai écrit en secret…
Quand une productrice propose à Sophie tout à la fois (un job et la promesse que son roman sera publié), ça sort du cœur : oui! Malheureusement pour elle, le job en question consiste à fabriquer un feuilleton télé. Un feuilleton télé? Quelle horreur! En même temps, une double vie, ça n’est pas si compliqué…"
 

Voir l'héroïne (à laquelle je ne me suis pas attachée) s'empêtrer dans le mensonge et enchaîner les malentendus... Même avec du recul et de l'humour (mais si mais si), j'ai fini par un peu me lasser, même si la morale de l'histoire dénonce évidemment l'utilisation de cette méthode moche-moche-mais-parfois-nécessaire-pour-parvenir-à-ses-fins...

Bref, c'est un livre franchement divertissant que l'on ne lâche pas avant de l'avoir terminé, il m'a, cela dit, beaucoup (peut être trop?) rappelé Le Diable s'habille en Prada avec un début et une fin quasi indentiques, (mais j'avais bien aimé ce roman et j'adore le film, alors ma foi...).

Ici il y a quand même en plus quelques thèmes de société abordés, comme les études à rallonge, le sentiment d'infériorité face à un conjoint, l'adoption des enfants d'un frère décédé, la négation de la place de parent adoptif en cas de séparation, la recherche d'une figure paternelle, l'homosexualité... la condition de comédien/intermittent du spectacle/scénariste...

Je vais m'arrêter là. Vous l'aurez compris ce ne fut pas l'excellent moment de lecture auquel je m'attendais, et je ne lirai probablement pas la suite, mais c'est très personnel, ça n'a pas été une tannée non plus, ça reste une comédie amusante et légère, et d'autres ont adoré (c'est même l'essentiel des cas!)... ce n'était juste peut être pas le bon timing pour moi, qui sait? (= je suis peut être trop vieille :-))

"Quand on raconte une histoire, ça n'intéresse personne de savoir quel traumatisme a provoqué telle faille, tel besoin. Au fond de nous, on sait très bien que ça ne marche pas comme ça. Ce qui nous intéresse c'est ce qu'on arrive à faire, à construire, à partir de nos failles et de nos besoins. Ce qui nous intéresse, c'est comment on gère qui on est. Comment on arrive à construire la meilleure vie possible à partir de ce qu'on a. (...) Et si les choses s'étaient passées autrement? et si j'avais été différente? Tout ça, on s'en fout. C'est vrai, à quoi ça sert de se poser des questions si les réponses n'existent pas? La seule question qui compte c'est: voilà qui je suis, maintenant j'en fais quoi?"