QM

Quentin Mouron aura 24 ans dans quelques jours, et déjà 3 trois romans à son actif (et est diplômé de philosophie).
Son enfance a été partagée entre l'Europe et l'Amérique jusqu'à ses vingt ans.
Il a publié en 2011 son premier roman, "Au point d'effusion des égouts", qui connaît un grand succès en Suisse romande.
Son deuxième livre, "Notre-Dame-de-la-Merci", paraît en France, au Québec et en Belgique en 2012.
Son troisième, "La Combustion Humaine" est sorti en Suisse, puis en France, il y a seulement quelques mois.

Je vais vous parler de ces trois titres dans mon ordre de lecture, donc dans l'ordre décroissant d'édition, parce que je mourrais d'envie de lire La combustion humaine en premier :-) 
Je peux d'ores et déjà vous dire que lire les trois à la suite a été une bien belle expérience qui m'a offert la chance de découvrir cette plume 
et de voir sa large palette de couleurs (qui remporte un franc succès en Suisse) et dont vous entendrez obligatoirement parler! 

Je dois avouer que j'ai mis du temps pour vous en parler parce que l'un des trois m'a réellement secouée... bref, j'espère y parvenir correctement...

LA COMBUSTION HUMAINE
La trajectoire de Jacques Vaillant-Morel, éditeur genevois, engagé dans une lutte pour la survie - et la reconnaissance. Immergé tardivement dans le "milieu littéraire", Morel s'y trouve comme un poisson dans l'eau: confortable et en sécurité, pour autant qu'il ne remonte pas à la surface ou qu'il n'échoue pas à l'extérieur... Solitaire, il évite les contacts humains. Internet et les réseaux sociaux se révèlent des alliés précieux, lui permettant de finaliser un livre et de le promouvoir sans sortir de chez lui.

Quentin Mouron p
ar le biais du portrait entre fiction et réalité de cet éditeur fatigué, seul et lucide, plante le décor d'un monde de l'édition et de la culture Suisse-romande (sûrement réaliste) peu flatteur (avec, entre autres, une inénarrable scène de remise de prix littéraire...). 
Les réseaux sociaux, Facebook, et leurs utilisateurs, en prennent aussi pour leur grade, que ce soit le criant besoin de reconnaissance qui en ressorte parfois, les images ou mots doux/messages privés échangés, frisant le ridicule... Une belle "comédie humaine" moderne!
Y'a pas à dire, Quentin Mouron n'y va pas par quatre chemins, il s'est lâché (amusé aussi je pense), c'est cynique, satirique et, il me semble, assez clairvoyant! Un bon moment de lecture en dehors du monde des faux-culs :-)

"Si seulement quatre pour cents des auteurs peuvent "vivre de leur plume", ils sont encore moins nombreux à être respectés."

NOTRE-DAME-DE-LA-MERCI
Odette, figure locale et revendeuse de cocaïne; Daniel, ouvrier à la petite semaine; Jean, assassin en fantasmes. Un jour de tempête, dans le huis-clos sinistre d'un village du nord québécois, deux hommes et une femme prennent part à une tragédie ordinaire. Le triangle qu'ils forment se gonfle, ses arêtes se tordent, se brisent. Amoureux, silencieux, angoissés, ils avancent à tâtons.

Quentin Mouron signe ici un roman noir, un huis clos très théâtral à l'ambiance tendue/suspendue, et au style hyper tranchant et maîtrisé.
Les personnages, dont nous partageons 24 heures de leur vie, sont tout autant "touchants" que ratés et perturbants. 
Ils sont pris dans un triangle amoureux où l'un aime l'une qui aime l'autre, isolés dans ce petit village québécois où rien ne se passe en apparence (et où Quentin Mouron a vécu une partie de son enfance)... Ils s'utilisent, ne disent pas les choses, sont bourrés de frustrations, jusqu'à ce que le cercle vicieux explose...
Le style est parfois poétique parfois trivial, le tout donne une "tragédie contemporaine", une réflexion assez pessimiste (mais réalise) sur le monde, les non dits, la solitude, la lâcheté, les bassesses et les éternels recommencements.

"Le cri qu'on étouffe n'est qu'un silence de plus."   

AU POINT D'EFFUSION DES ÉGOUTS
(Prix Alpes-Jura 2012)
Roman d'aventure au sens le plus général du terme - aventure amoureuse, sociale, existentielle. Tendre et profond, drôle et sombre, ce livre présente les pérégrinations d'un jeune homme d'à peine vingt ans "tombé du ciel" dans la mégapole de Los Angeles.

Les USA, Los Angeles, Las Vegas etc, bref the American Dream, ça donne envie à plus d'un(e).... peut être moins après une telle peinture à vif...
Ce premier roman/récit, en partie basé sur de réels "aventures" vécues par l'auteur, a un côté chien fou audacieux en plein voyage initiatique. Le style est bref, énervé, saccadé, instinctif (nb: certains propos peuvent déplaire mais c'est bien aussi, non, d'être bousculé(e)?).
Mais si il vient à vous embarquer, je crois que vous allez garder ce roman dans vos classiques. 
Le personnage principal croise des personnages usés, perturbés, tristes ou névrosés, vit des moments de vertiges face à la violence/prétention/la folie américaine, il se perd, observe l'envers du décors, tombe amoureux, se brûle les ailes, balade son mal être, et rentre chez lui (et waouh, les dernières pages...!)...
L'ensemble nous vaut de vraiment superbes envolées en prose, douces ou puissantes, désespérées ou rageuses, musicales, poétiques et remuantes. Un sacré premier roman!!! (Et quel titre! (tiré d'une citation d'Antonin Artaud >> "L'avancée de la nuit fourmillante avec son cortège d'égouts. Voilà à quel endroit cette peinture se place, au point d'éffusion des égouts."))

"Nous n'avançons qu'en tressautant. D'un cahot à l'autre. En cadence. Mince haras. C'est à n'y rien comprendre."


Trois romans à la plume exacerbée, sur la vie, son flux et ses reflux, sur les illusions perdues, la solitude et les brûlures que l'existence nous cause. Un auteur à garder à l'oeil!!


Site de Quentin Mouron (où vous pourrez lire des extraits, ainsi que ses articles): http://www.quentinmouron.com/index.htm
Site de l'éditeur Olivier Morattel :http://www.morattel.ch