9782916136592

Dans la pile, mmmm, non, pardon... Sur l'étagère de romans que je garde pour mes enfants, il y a désormais "Ils marchent le regard fier"...
(roman sorti dans une édition que je ne connaissais pas et dont j'ai apprécié le format et la présentation).

Marc Villemain, en quelques pages courtes (80) (lues deux fois en 48h), pleines de poésie mais aussi d'une densité extrême, fait monter la tension en utilisant un langage parlé/suranné/abrupt et paysan totalement atypique, qui nous plonge immédiatement dans la peau du narrateur dont la vie a basculé, par pure amitié.

Nous ne connaissons pas l'époque. Il n'y en a pas. Ca pourrait être aujourd'hui, demain, dans 30 ans...
Ca pourrait être vu comme de la pure fiction et pourtant, on frissonne d'appréhension.

Une crise qui fait perdre les fondamentaux, petit à petit, sournoisement, voilà qu'on en vient à nier les vieux (dont un couple, magnifique, qui semble s'aimer depuis des siècles....), leur tourner le dos à ces oisifs qui coûtent cher, leur ôter des droits, de vote, de soins, les accuser d'être uniquement un poids, leur prendre leur dignité...

Les maltraiter. Rejeter sur eux des fautes, nier les racines essentielles qu'ils représentent... les écarter de la société, ingrate, qui encourage le jeunisme, refuse la vieillesse jusque dans la dégradation physique sans cesse repoussée, puis isolée pour ne pas qu'elle fasse tâche...

Jusqu'à ce que monte la révolte. Parce que ces vieux, ce sont d'anciens jeunes, parce qu'ils pensent mériter d'être écoutés et entendus, quitte à se confronter à leurs propres enfants.
Quitte à ce que le cynisme, la violence incontrôlée, le drame, finissent par couler à vie dans leurs veines... 
Quitte à être pris à leur propre piège... et à ce que certains se retrouvent, malgré eux, à se sacrifier pour une cause plus grande?

En ces temps où l'individualisme est malheureusement privilégié, ce livre nous ouvre les yeux de manière sismique sur les débordements qui nous pendent au nez.

Un livre qui donne envie de vivre "tant que"...
Qui donne envie de rapprocher les jeunes générations des anciens, leur rappeler que c'est d'eux qu'elles viennent, et que c'est vers ce statut là qu'elles vont.

Leur dire qu'une société qui n'aime pas ses vieux est une société malade.

Les prier d'honorer ce cycle de la vie, jusqu'au bout, même quand ça devient moche ou pesant, oui, jusqu'au bout.
Jusqu'au bout.

"Et puis je pensais à Marie. Je me disais qu’une des plus belles choses que cette Terre ait jamais données, c’étaient bien ses rides, à Marie. Et par-devers moi que si les jeunes chiméraient une vieillesse sans rides, alors, vraiment, ils n’avaient pas idée d’à côté de quoi ils passeraient."