51lnR5edCdL

Si une amie, mère de famille trompée, trahie, malheureuse, vous parle de ce qu'elle ressent, qu'elle s'enfonce et que vous ne comprenez pas l'ampleur des dégâts, lisez ce roman.

Si vous vivez ce genre de situation tellement commune que ça en est désolant, que vous n'arrivez pas à mettre des mots sur vos sentiments, lisez ce roman.

Obligatoirement, il vous aidera.

Enfin, si vous ne connaissez pas encore Emmanuelle Urien, c'est l'occasion de découvrir sa plume.
Car elle signe ici un second roman qui aborde avec légèreté des sujets grâves.
Enfin pas toujours avec légèreté (certains passages vous cueillent), mais jamais pesamment.

Elle nous parle, de manière dense et rythmée, de la trahison d'un mari/d'une amie, ce moment où tout bascule, l'avant/après l'effondrement, la chute la chute la chute...
Des enfants, exigeants et précieux radeaux.
D'une mère décevante, mais présente, mais décevante mais présente, mais...
De rencontres internet pour essayer de remettre le pied à l'étrier.
De physique quantique.
De boulot qui aide à ne pas mariner.
De "doulhaine"...
De reconstruction.

Et au milieu de tout cela, un ex mari, un SAS (...), un Max, un chat, des oreillers et des ballons de baudruche...

C'est bourré d'humour et d'émotion, cynique, un peu loufoque parfois, mais toujours très juste, pointu, enlevé, et surtout porteur d'espoir.

"Pour me rassénérer, je me cherche cent raisons de n'être pas au sommet de ma forme. J'en trouve mille et, du coup, je me sens moins coupable, moins minable de ne pas partir favorite au championnat du monde de la gaieté. Mais je fais des efforts, je vous jure, les enfants. La preuve, je suis encore vivante."