Baïnes

Dans le Biarritz des années 1980, où l'art contemporain défie les ors de son passé princier, où les surfeurs règnent sur la Côte des Basques, où l'océan cache les baïnes et leurs puissants courants contre lesquels mieux vaut ne pas lutter, c'est l'histoire d'un amour en fusion qui déraille à huis clos. Rose et Oleg. Un amour bloc avec la mèche à l'intérieur.

Baïnes, c'est l'histoire de Rose et Oleg, "Roseoleg en un mot, une danse, une contorsion." 
Couple fusionnel, passionnel, intense, marié rapidement, parti vivre à Biarritz, ville-personnage à part entière pour laquelle Rose nourrira, au fil des pages, des sentiments forts, et contradictoires. 
Roseoleg "un lasso qui lacère le coeur", couple heureux et enviable en apparence, mais en vrai un couple en pleine souffrance, se livrant une guerre silencieuse, pleine de crainte et d'incompréhension... amoureux incadescents, plongés dans une violence incontrôlée et tue, par amour et incapacité d'en parler, même aux proches, par honte, par pudeur.
Rose vacille, entre choc, et instinct de survie, explique ses hésitations, ses peurs, et les raisons qui font que l'on y réfléchit à tant de fois avant de prendre la décision de partir. 
Alors, en attendant, on garde le secret, on s'enveloppe d'espoirs, on espère l'accalmie, tout en regardant les enfants grandir, créer, surfer, insouciants...

Rose est donc de ces femmes que l'on ne soupçonnerait pas d'être victime de violences conjuguales. Et pourtant. Elle l'est. On est en 1989, année qui voit naître la première campagne pour dénoncer la violence faite aux femmes.
Rose fait du lecteur le témoin de cet enfer quotidien, nous parle d'Oleg, personnage féru d'art, excessif et exigeant, mari jaloux et d'une possessivité destructrice, qui maintient son emprise tout en étant aimant les 3/4 du temps... Un quotidien fait de peurs, d'esquives, anormal, qu'elle n'excuse pas...
Mais le chemin vers le détachement, la volonté de sauver sa peau, d'en changer, de prendre le cap de la reconstruction, ailleurs, loin, cette décision qui semble si évidente aux autres, à toutes celles et ceux qui ne comprennent pas et "jugent", n'est pas si facile à prendre.

France Cavalié livre avec Baïnes le magnifique récit d'une résilience, un livre 
à fleur de peau qui vous saisit dès les premiers mots, entre rage et émotion, dont l'hommage à la vie, et aux ombres qui planent, résonne dans chaque page.
Un livre qui raconte dans une poésie brute ciselée, que oui, parfois, un couple devient baïne... instable, capable de frapper à tout moment, vous faire disparaître à jamais, ou vous rejeter sur la rive, épuisée, rincée, usée, changée à jamais, mais vivante.
 
Poignant (et jamais plombant). Vraiment.

"Il m'a fallu du temps pour y croire, à toute cette violence."
"J'entends parfois des femmes parler de cela autour de moi. Elles disent: "Un truc pareil, ça ne pourrait jamais m'arriver." Elles disent: "Les femmes qui restent avec un type qui leur file des baffes, c'est que leur couple fonctionne comme ça, sur un mode sado-maso." Elles disent: "Il faut bien reconnaître que certaines filles aiment ça." Elles disent: "Elle l'a un peu cherché, non?".
Tout le monde a son idée, sauf moi.
Et les femmes qui ne sont plus là pour dire.
Les vivantes portent dans le regard le souvenir du danger, une ombre noire que je remarque quand je me plante devant le miroir de la salle de bains...".


L'auteure >> France Cavalié est écrivain, journaliste et scénariste. Auteur d'une dizaine de biographies et de contes pour enfants, son premier roman, Restons-en là, a été salué par la critique –Paris-Match, Le Parisien, Le Figaro littéraire, Marie-Claire? Il a obtenu le Prix spécial du jury Simone-Veil 2013. Baïnes est son deuxième roman.

Les éditions Robert Laffont: http://www.laffont.fr/site/page_accueil_site_editions_robert_laffont_&1.html