51XadCCbJcL

C'est encore la gorge serrée que je vais essayer de vous parler de La Petite Cloche au son grêle...
Il faut dire, aussi, que finir de lire ce roman alors que je suis là, dans le sud, auprès de mes parents, a probablement ajouté en intensité. Oui, sûrement.

Mais pas seulement.
La Petite Cloche au son Grêle c'est un roman qui se lit en super 8, car il m'a fait penser à un film, plusieurs films même, Le Grand Chemin, Le Fils à Jo, entre autres, pour cette même atmosphère qui s'en dégage, l'émotion, l'amour, la tendresse, la liberté, l'insouciance de l'enfance, les premiers émois, les immenses peines et la résilience... qui ne résistera pas à un tintement de cloche, telle une madeleine de Proust.
Et oui, Proust! Comme un personnage/fil rouge dans ce roman
 qu'il faudrait confier à toutes celles et ceux qui on des enfants qui disent ne pas aimer lire... car y est magnifiquement décrite la manière de les faire y prendre goût. 

Ah la naissance de l'amour de la lecture... comme cela m'a ramenée de nombreuses années en en arrière et ce bonheur de découvrir des mots par soi même... (je pourrais témoigner dans le ELLE, tiens ;-)).

La Petite Cloche au son Grêle, c'est une pépite fragile, qui passe du rire aux larmes, mais reste gorgée de vie, jusqu'à la dernière ligne, où le titre "A la recherche du temps perdu" prend encore plus de sens.
C'est un instantané, une peinture impressionniste d'une période de vie, une image du temps qui reste
 figé en soi et qui doit sortir. Avec des personnages hauts en couleur, mais aussi des fleurs, leurs parfums mêlés, la Solène, un pont, un village et un café...

C'est une déclaration d'amour d'un homme aux mots, d'un fils à sa mère.
Et c'est, surtout, une promesse tenue.

"Il suffit d’un goût, d’un parfum, d’une sonorité, pour que le passé et les êtres que l’on a aimés se mettent comme par magie à revivre en nous. Mon chéri, les êtres que l’on aime ne meurent pas tant que leur souvenir reste vivant…Cette madeleine, c’est justement ça. Une sensation quasi impalpable, inattendue et fugace, mais porteuse d’éternité."