au jour le jour

Paris, 1842. Eugène Sue s'attaque à la rédaction des Mystères de Paris. Et soudain, sa vie devient le plus palpitant des romans-feuilletons...
Espérant trouver un nouveau souffle, Eugène Sue, feuilletoniste à succès, décide de s'aventurer dans les bas-fonds de la capitale, travesti en ouvrier. À quelques encablures seulement des beaux quartiers, il découvre, ébahi, la réalité poisseuse des faubourgs. Un monde nouveau s'ouvre à lui, baroque et hanté : celui de la pauvreté et du crime. De cette immersion naissent Les Mystères de Paris. Un succès miraculeux qui hypnotise la France entière, de l'ouvrier au ministre, et dont la rédaction quotidienne devient une aventure virevoltante mêlant dans un délicieux vertige la réalité à la fiction...

Eugène Sue est l'auteur des mythiques et impérissables Mystères de Paris (qui furent adaptés au théâtre et à l'écran à plusieurs reprises).
Mais, alors que je me souviens du plaisir ressenti à la lecture de ce roman-feuilleton, je ne me rappelle pas m'être à l'époque intéressée à la vie de leur auteur.
Merci donc à Paul Vacca d'avoir usé de ses talents de conteur (au meilleur de leur forme) pour plonger ses lecteurs/lectrices dans la vie romancée et agitée de ce dandy parisien, flambeur, séducteur, fils d'un médecin qui le destinait à lui succéder, et qui se lança dans l'écriture par défi et y resta par passion.

Et c'est peu dire que l'on se laisse entraîner de bon coeur dans les rues de Paris, des beaux quartiers pétris de mondanités aux bas fonds de la ville dont les habitants inspirèrent à Sue son feuilleton phare.
Paul Vacca dépeint 
avec esprit, dynamisme et vraisemblance le parcours de son personnage principal sur le chemin de la création, ainsi que l'époque qui a vu naître les romans-feuilletons et le bouillonnement social dans lesquels Sue évolue, tout en nous offrant de savoureux petits anachronismes/parallèles avec notre époque actuelle que l'on se plaît à deviner.

Un livre 
haut en couleurs, jusqu'à sa couverture. Un roman vivant, enlevé, cynique et bienveillant, léger en apparence mais documenté, référencé, incarné, plein d'humour et de finesse, qui rend un bel hommage à la littérature et à ses sources d'inspiration.
 
"Maintenant, pour Eugène, écrire n'est plus une pose, c'est devenu un engagement total. Il n'est plus l'infiltré du début, le voyeur extérieur dans le tapis-franc ou les ruelles obscures. Sa plume s'adoucit, s'attriste, compatit à mesure qu'il avance dans le feuilleton et dans sa connaissance des habitants des bas-fonds. (...)
Désormais on le reconnaît dans le quartier de la Cité. Fini l'incognito, il est devenu l'idole des faubourgs. 
Acclamé lorsqu'il arrive dans les bals de barrière, on le fait monter sur l'estrade, on salue le Sauveur!
Tout cela est un peu trop christique pour Eugène, mais il s'y prête de bonne grâce; il sent que cette reconnaissance-là fait honneur à ceux dont il parle."
 
L'auteur >> Paul Vacca est né en 1961 à Silver Spring, dans le Maryland. Romancier, scénariste et essayiste, il est l'auteur de La Petite Cloche au son grêle (Livre de Poche, 2013), Nueva Königsberg (Philippe Rey, 2009) et La Société du hold-up (Mille et Une Nuits/Fayard, 2012). Après Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l'Éclair et a sauvé le monde (Belfond, 2015), Au jour le jour est son quatrième roman.