51VBAYO+T8L

Alice est une jolie jeune femme. Actrice, elle rêve de jouer Claudel, mais on ne lui propose que des rôles de potiche dans des pièces de boulevard. Sa vie amoureuse n’est guère plus brillante, faite d’aventures qui se terminent toujours mal. Elle raconte tout à Camille, sa confidente qui, de son côté, mène la vie calme et rangée d’une mère au foyer. 
Au moment où Alice décide enfin de renoncer à la passion, elle s’éprend d’un homme marié, le Dr Costes, qui aurait eu un coup de foudre pour elle. Camille suit cette nouvelle histoire d’amour à la manière d’un feuilleton dont elle serait l’unique spectatrice, même si d’étranges contradictions apparaissent dans les confidences de son amie. 
Pour protéger Alice, Camille tente d’en savoir plus sur cet homme insaisissable. Cette démarche la fait progressivement basculer  : elle se met à douter de tout, au risque de se perdre.

Honnêtement, je n'étais pas totalement fan de la couv à la base (même si c'est un bel hommage à Niki de Saint Phalle), mais je n'ai pas voulu m'arrêter à ce léger détail, car le thème de ce roman, très différent de ce que j'ai déjà lu jusque là de cette auteure, m'attirait. 
Maladie d'Amour est un "thriller" psycho-sentimental très scénaristique, dans lequel Nathalie Rheims traite de l'érotomanie (ce qui m'a rappelé un excellent film: A la folie pas du tout, avec Audrey Tautou et Samuel Le Bihan, que je vous conseille si vous ne l'avez encore vu).

Dans un style simple Nathalie Rheims aborde la fascination addictive qu'exerce aussi parfois un/une ami(e) à la vie/personnalité totalement opposée, que l'on partage alors un peu par procuration.
L'inquiétude que peut ressentir Camille pour son amie Alice, comédienne sans succès autant professionnel que sentimental, qui se confie à elle, alors que sa propre vie de bonne mère de famille/bonne épouse au foyer n'est peut être pas tant en accord avec ses envies...
Une jalousie latente planne entre elles, l'une, très seule, enviant la stabilité de l'autre, qui, elle, lui envie parfois sa liberté et se retrouve perturbée par cette envie.

Mais est-ce une réelle liberté, ou un enfermement dans un univers fantasmé?
L'amour-folie, le délire, la paranoïa, dont semble être atteinte Alice et la pousse au harcèlement, sont-ils réels?
Et si oui, comment cerner, accompagner ces personnes, et s'en protéger?
Alice serait-elle tombée entre les mains d'un manipulateur?
Finalement, qui fabule? Qui piège qui?

Maladie d'amour aborde la "folie ordinaire" dont peuvent être victimes des personnalités séduisantes, le "fantasme du médecin" (Dr Daniel Costes) troublant, les malentendus parfois involontairement entretenus par des silences qui, comme les paroles, peuvent être interprétés comme on le souhaite... et la réputation vite entâchée malgré des années de pratique sans faux pas d'un chirurgien esthétique passionné par son travail. Cette aide qu'il apporte à lutter contre le temps qui passe et les "ravages" de l'âge, les réparations suite à des opérations/mutilations, mais aussi son travail précieux pour les changements de sexe.
Un médecin qui se consacre presque corps et âme à ce travail, négligeant sa famille, perdant tout contrôle, entretenant le doute...

C'est un roman efficace, simple, fluide, qui, malgré quelques clichés et longueurs, ne se pose pas facilement, les courts "chapitres" s'enchaînant rapidement et laissant toujours dans l'attente et la suspicion, jusqu'à la fin.

"Le chagrin faisait aussi partie de cette histoire; il avait un corps, des contours occupés par l'absence. Alice aimait Dan, qu'il soit avec elle ou non, elle aimait la douleur qu'il lui procurait telle une présence supérieure. Elle avait compris la nature profonde de son désir, lui qui prétendait permettre aux autres d'accomplir le leur, et s'était adaptée au plaisir qu'il retirait lorsque son scalpel pénétrait les chairs de ses patientes. Elle s'était offerte, mais sans anesthésiant et sans qu'il y ait besoin d'instruments pour découper son corps. Elle ressentait dans son âme la pointe de ce désir, c'était cette souffrance qu'elle lui offrait, semblable à celle d'un corps ciselé par l'amour."