IMG_8663

Sur les ondes, chaque semaine, elle est La Voix, magnétique conteuse adulée par tous les sujets de l'empire. Le reste du temps, Cybèle Ibarruri traverse l'existence avec une insouciante gaîté. Jusqu'à ce qu'un inconnu soit assassiné sous ses yeux alors qu'il lui remet une lettre lui enjoignant de raconter l'épopée d'Arsène Nimale.
Cet homme, lit-elle, faillit changer le cours de l'Histoire quatre siècles plus tôt, juste avant la Grande Catastrophe.
Pourquoi alors n'y a-t-il aucune trace de lui dans les livres ni sur le réseau? Pourquoi un petit groupe s'active-t-il en cachette de l'impitoyable pouvoir impérial pour écrire son destin et retranscrire son message? Et surtout, Pourquoi Cybèle a-t-elle l'impression, en s'emparant de l'intrigue, que sa vie bascule?

Il m'a fallu plusieurs jours pour tenter d'essayer d'écrire au sujet de ce roman d'Erwan Larher.
Je n'étais d'ailleurs pas parvenue à parler correctement d'Autogenèse, pourtant lu et aimé, dont Entre toutes les femmes est un prolongement (mais que l'on peut lire sans avoir précédemment lu Autogenèse, qui narre l’ascension d’Arsène Nimale).

Nous sommes ici des milliers d'années après l'arrivée d'Arsène Nimale à L'Elysée, les années ne se comptent plus en avant ou après JC, mais avant ou après GC: la Grande Catastrophe... rien de religieux là-dedans mais "seulement" une conséquence des luttes de pouvoirs... 
lorsqu'un régime totalitaire s'est imposé, que tout s'est écroulé, qu'une partie du peuple/des pays/des religions ont disparu, et les survivants ont dû se soumettre pour survivre, se diviser dans des zones, et n'avoir quasi aucun plaisir à part celui d'écouter La Voix, sensuelle, qui les captive sur les ondes. 
Mais dans l'ombre (et de manière subjective...) s'écrit depuis des années le livre de l'histoire d'Arsène Nimale, effacée de tous les livres. Histoire qui va chambouler la vie de Cybèle, lorsqu'elle va la découvrir, contactée par un couple dans la tourmente...

Erwan Larher signe l'histoire d'une révolution autant intérieure qu'extérieure, d'un renouveau, une prise de conscience, la fin d'une inertie... le retour d'un(e) Messie?
Un conte d'anticipation/mise en garde (...) 
dans lequel des hommes se prennent pour des dieux, doté d'une construction soignée, d'une belle montée en puissance, et intelligemment parsemé de références politiques, religieuses, littéraires (avec, entre autres, l'apparition de M.Jaenada...) et philosophiques, que l'on se plaît à reconnaître.
Un roman aussi, et surtout, terriblement féminin et éminemment humain, entre révolte, résistance, satire, (en)courage(ment) et bienveillance. 

En (encore) quelques mots comme en cent (mais il y aurait tant à dire), un livre exigeant, foisonnant, profond, troublant, et porteur d'espoir (dont j'attends désormais la suite...).

"J'ai essayé d'être la plus généreuse possible, la plus gentille... non, même pas, je mens. Je n'ai rien essayé du tout. J'ai fermé les yeux quand le spectacle me déplaisait et j'ai tâché de m'en tirer au meilleur compte possible en chaque situation. J'ai planqué mes miches et sauvé ma peau. J'ai fait le dos rond, des câlins aux orphelins, des bises aux vieillards de l'hospice, "Cybèle a si bon coeur", un sommeil de plomb, celui du juste, conscience tranquille, ce n'est pas de ma faute le chaos autour. (...)
Faire un peu plus, avec conscience, guidé par une autre boussole que soi. Dites, Hanni, Arsène, c'est ça? Je brûle?

Fini de s'amuser. Game over. Je ne sais pas quelle forme l'histoire prendra (...) mais je ne la raconterai pas : j'en serai le personnage."

L'auteur : Né à Clermont-Ferrand, Erwan Larher, après avoir travaillé dans l'industrie musicale, a tout quitté pour se consacrer à sa vocation d'écrivain. Après Qu'avez-vous fait de moi? et Autogénèse (Michalon, 2011, 2012), il a publié L'Abandon du mâle en milieu hostile (Plon, 2013), un roman salué par la critique et couronné par les prix Claude-Chabrol et Louis-Barthou (de l'Académie française).
Il retape actuellement une vieille bâtisse 
poitevine du XVe siècle, nommée le Logis du Musicien, inscrite à l’ISMH, en bien piteux état.
De lourds travaux vont y être entrepris à partir de la fin du mois d’avril, soutenus par la DRAC et la Fondation du Patrimoine.
Et nous pouvons nous-même soutenir ce courageux et beau projet: https://www.fondation-patrimoine.org/fr/poitou-charentes-20/tous-les-projets-937/detail-le-logis-du-musicien-a-mirebeau-31774

Mes billets (écrits aux balbutiements du blog, indulgence de rigueur...) sur le superbe l'Abandon du mâle en milieu hostile: http://blablablamia.canalblog.com/archives/2013/03/31/26787608.html et sur qu'avez-vous fait de moi: http://blablablamia.canalblog.com/archives/2013/04/02/26815174.html