Hislop

Derrière les tours majestueuses de l'Alhambra, les ruelles de Grenade résonnent de musique et de secrets. Venue de Londres pour prendre des cours de danse, Sonia ignore tout du passé de la ville quand elle arrive. Mais une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique histoire de la cité de Garcia Lorca et de la famille qui tenait les lieux.
Soixante-dix ans plus tôt, le café abrite les Ramirez : trois frères qui n'ont rien d'autre en commun que leur amour pour leur soeur, Mercedes. Passionnée de danse, la jeune fille tombe bientôt sous le charme d'un gitan guitariste hors pair. Mais tandis que l'Espagne sombre dans la guerre civile, chacun doit choisir un camp. Et la fratrie va se déchirer entre résistance, soumission au pouvoir montant, ou fuite.
Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer à quel point cette histoire va bouleverser sa propre existence...


Le bandeau le rappelle, Victoria Hislop est l'auteur(e) de L'île des oubliés (désormais dispo en format poche...), qui a connu un succès international en 2008 (et dont j'avais apprécié la lecture).
Fidèle à elle-même, ses romans sont de bons page-turner, elle a un don de la narration, et sait embarquer le lecteur dans des sagas familiales et historiques.
Ce à quoi Une dernière danse ne déroge pas.

Ayant du sang espagnol dans les veines, ce roman m'a fortement renvoyée auprès d'une partie de ma famille qui a fui son pays durant les tensions/affrontements narrés dans ces pages.
J'ai donc été plongée dans le destin de la famille Ramirez traversant cette guerre civile, faisant face à cette violence soudaine, au choc, à la mort, aux conflits... les fils luttant différemment les uns des autres, les parents restant soudés, et leur fille, Mercedes pour qui la danse est devenue vitale...
Nous partageons avec elle l'enflammement du flamenco et du compas, danse énergique, sensuelle et violente, que, près de 75 ans plus tard plus tard, Sonia (personnage attachant, que nous accompagnons dans son cheminement personnel/de choix de vie et de couple) et sa meilleure amie, Maggie, viennent pratiquer,dans la ville Grenade (d'où la famille Ramirez est originaire). 

Nous suivons donc les destins croisés des membres de cette famille, et par ce biais, du peuple espagnol sur plusieurs années, durant l'exil, les bombardements, et la survie silencieuse... 
Victoria Hislop sait parfaitement décrire les sensations, les mouvements, les lieux, les personnages, et a vraiment du passer un temps considérable à faire des recherches historiques... 
Mais...
Oui: petit(s) bémol(s)...
Je ne peux pas vous cacher que j'ai refermé ce livre avec un avis un petit peu mitigé... car j'ai trouvé que Victoria Hislop usait de "facilités" narratives (parfois peu crédibles), et qu'il y avait quelques longueurs... (ça n'engage que moi...)...

Ceci étant, et c'est pour cela que je vous en parle, j'ai passé outre ces bémols, car Victoria Hislop nous offre une bonne fiction historique (et bien traduit, je croisqui absorbe dans cette histoire de famille dans l'Histoire, la politique d'alors, les convictions, et la passion pour la danse-métaphore d'un corps qui livre bataille. 

J'ai refermé ce livre en en sachant un peu plus sur cette période de guerre civile sanglante qui ne doit pas être oubliée, et ai été touchée par l'hommage que Victoria Hislop rend par ce biais aux victimes de Franco.


"Antonio regarda autour de lui et vit les bâtiments grêlés par les balles et défigurés par les cicatrices laissées par le mortier. La panique et le chaos étaient insufflés par les pétarades incessantes lors des fusillades et les déflagrations des obus pendant le pilonnage. Antonio ne doutait pas que la vie normale et douce, quand le bonheur était pris pour acquis, était révolue et avait cédé le pas à une sensation de peur constante. Les affiches de propagandes visant à motiver la résistance se décollaient des murs, aussi usées que leurs espoirs."


Site de Victoria Hislop >> http://www.victoriahislop.com/?lang=fr
Site des éditions Les Escales >> http://www.lesescales.fr