IMG_6079

Depuis la dernière enquête du capitaine Victor Coste, le calme semble être revenu au SDPJ 93. Son équipe, de plus en plus soudée, n'aura cependant pas le temps d'en profiter. L'exécution sommaire, en une semaine, des trois jeunes caïds locaux de la drogue va tous les entraîner dans une guerre aussi violente qu'incompréhensible.
Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un ado de 13 ans chef de bande psychopathe, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire torturé, retrouvé mort dans son appartement, la fille d'un élu qui se fait tirer dessus à la sortie de l'école...
Coste va avoir affaire à une armée de voyous sans pitié: tous hors la loi, tous coupables, sans doute, de fomenter une véritable révolution.
Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang?

J'ai découvert Olivier Norek l'an dernier avec son premier polar Code 93, qui m'avait emballée et avait rencontré un joli succès (il vient d'ailleurs de sortir en format poche...).
A l'époque, je terminais mon billet en espérant rapidement lire la suite des aventures du capitaine Victor Coste. Chose faite avec Territoires!
(Ceci étant Territoires peut être lu sans avoir lu Code 93).

Dès les premières pages, ça secoue, vlan, direct dans le bain d'une lutte de pouvoirs souterrains, de violence, de morts, de règles parallèles dans le 93 qui est à nouveau au coeur de ce roman.
Et, bien que Malceny soit une ville que vous ne trouverez sur aucune carte (ça évite les problèmes juridiques...), elle semble malheureusement très réelle..
.
Une ville en partie dirigée par des dealers, et par une maire appelée "la Reine", qui cite Sartre: "J'ai les mains plongées dans la merde et dans le sang. Jusqu'aux coudes. Et puis après? Est-ce que tu t'imagines qu’on peut gouverner innocemment?"... bref, une sorte de règne féodal où certains territoires sont plus compliqués à gérer que d'autres...

J'ai trouvé dans ce roman une dimension plus sociale et politique que dans le précédent, même s'il y a une intrigue parfaitement maîtrisée, et que nous nous retrouvons à nouveau immergés dans la vie quotidienne de Victor Coste, lieutenant privilégiant l'humain, à la vie sentimentale compliquée... Ainsi que la vie de son service (connaissant les conflits entre unités...), dont les membres s'apprécient, se chahutent, et ne sont pas des super-héros, juste des personnages on ne peut plus "normaux", à savoir un séducteur, une mère de famille, un geek effrayé par la vue du sang...
Des personnages normaux qui vivent tout de même un quotidien intense, mais réaliste, parfois fait d'attente, mais aussi d'autopsies, de filatures, d'interrogatoires, et de scènes d'interventions musclées
vraiment très réussies, très visuelles, olfactives et sonores, comme si on y était (je ne suis d'ailleurs pas étonnée d'apprendre que ces 2 opus vont être adaptés à la télé).

Au coeur de cette "routine", Olivier Norek nous dévoile certains rouages pyschologiques et politiques archi crédibles et qui font froid dans le dos tant la "paix sociale" paraît fragile et coûteuse... 
Les cités, le trafic/business de la drogue, la corruption, le chantage, les menaces, les dessous d'une politique (voire  d'une justice) à double vitesse
à base d'échanges de "bons procédés" scandaleux avec les "boss"/dealers (organisés comme des chefs d'entreprise): emplois municipaux, vacances, logement et voiture offertes, contre l'assurance du maintien du calme dans la cité et de voix aux élections... Et pourtant, parfois, une étincelle met le feu aux poudres. Dans l'intérêt de qui..? 

Evidemment on se demande où est la limite entre la réalité et la fiction dans ce(t excellent) polar.
Olivier Norek a passé 15 ans sur le terrain et a rencontré de nombreux anciens dirigeants politiques dans le projet d'écrire ce livre, ce vécu et ses recherches lui permettent de nous offrir une vision aiguisée d'une situation ni blanche ni noire, mais "dans la zone grise", et de nous livrer une enquête aussi intelligente qu'haletante où l'humour est loin d'être en reste! 


"On ne réalise la vraie valeur de l'oxygène que lorsqu'on étouffe"

L'auteur >> Né à Toulouse en 1975, Olivier Norek, après deux ans dans l'humanitaire, devient gardien de la paix à Aubervilliers, puis rejoint la PJ au service financier puis au groupe de nuit chargé des braquages, homicides et agressions. 
Après avoir réussi le concours de lieutenant, il choisit Bobigny au sein du SDPJ 93, à la section enquêtes et recherches (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon, cambriolage impliquant un coffre-fort…).

Il est lieutenant de police (actuellement en disponibilité) à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis (93).
Territoires est son deuxième roman, après Code 93 (2013) qui a été largement salué par la critique, dont les droits ainsi que ceux de Territoires sont déjà acquis en vue d’être portés à la télévision pour y être déclinés en série.
Olivier Norek a travaillé à l’écriture de la sixième saison d’Engrenages (Canal+ – Son et Lumière).

Ici, le billet de l'excellent blog Quatre sans Quatre.

Les éditions Michel Lafon: http://www.michel-lafon.fr/