Dessert

Paul, Charles, Nicolas, Louise, Eléonore, Jeanne et les autres appartiennent à une même famille. Réunis dans un chalet pour fêter à la fois Noël et l'anniversaire de Louis, le patriarche, ils racontent tour à tour le huis clos dans lequel ils se retrouvent, le temps d'une soirée, coincés par la neige. Ouverture des cadeaux, ivresse, retrouvailles, guirlandes et cotillons, la magie de Noël opère jusqu'à ce que les vieux démons, les secrets et les cadavres dans le placard fassent irruption. 

Noël, dans une famille ordinaire (qui cumule un peu, quand même, mais comme beaucoup de familles ordinaires......).
Une famille réunie, toutes générations confondues, dans un chalet entouré d'une symbolique neige immaculée.
Cela donne ce huis-clos, dans lequel se succèdent les multiples personnages, dont nous partageons les points de vue, assez sombres, alors qu'ils sauvent les apparences (et leurs statuts) en affichant des sourires de façade.
Nous lisons leurs aigreurs, leurs haines et douleurs rentrées, les secrets de couple ou de famille, les faux-semblants, les trahisons/frustrations, les prises de conscience, les infidélités, le désamour ou l'indifférence...
Nous croisons des hommes plutôt antipathiques (et/ou frustrés), des femmes un peu malmenées ou surmenées, voire maltraitantes, et des enfants un peu perdus au milieu...

Progressivement, l'enfermement aidant, la tension monte en eux et entre eux, et l'on sourit souvent jaune en les écoutant/observant, car ça vient parfois nous piquer dans les côtes, jusqu'à un final plutôt saisissant (j'ai cru comprendre que certain(e)s étaient resté(e)s sur leur faim, pour ma part je trouve que c'est parfaite(ment bien "timé"), mais je n'en dirai évidemment pas plus - lisez-le en on en reparle...).

Vous prendrez bien un dessert? est un roman qui ne se repose que difficilement, au montage réussi, rythmé, sans action à proprement parler mais tout en suggestion, dans lequel Sophie Henrionnet assemble intelligemment ses pièces.
C'est Festen juste avant les révélations, les éclats, les chocs et les déclics...
Un roman sur l'enfance/l'innocence à protéger, la/(l'ir)responsabilité des adultes, leur égoïsme, leur poudre aux yeux... les prises de conscience et le silence qu'il faut, un jour, briser.

"Marie-Odile se sent alors un peu dépassée, lasse, elle voudrait se montrer à la hauteur, que la fête soit vraiment réussie. Elle aimerait que l'on dise longtemps qu'elle est une organisatrice hors pair et que tout était parfait. 
Soudain, elle a le vertige et essaie de ne rien montrer. Tous ces rires, ces lumières, ces paillettes lui renvoient cruellement à la figure le vide de sa vie au quotidien et tout ce qu'elle tente désespérément de combler. Le vide de son existence, le vide de son coeur, l'absence de projets... Elle n'est qu'un imposteur."

L'auteur(e) >> Sophie Henrionnet a 36 ans, une imagination débordante et une légère tendance à l’hyperactivité. Elle aime lire et inventer des histoires tantôt courtes, tantôt longues, quelquefois comiques, occasionnellement cyniques et parfois dramatiques, en fonction de son humeur, du sens du vent, du nombre d’heures d’ensoleillement, et du nombre de tasses de thé bues dans la journée.
Drôle de Karma! est son premier roman. (City – 10/14), suivi de Vous prendrez bien un dessert? (Daphnis et Chloé – 06/15)
Dans une autre vie elle a également été dentiste.
Son site : http://sophiehenrionnet.com/
Son blog: http://sixinthecity.eklablog.fr/