double-jeu-1416201-616x0

Et voici une nouveauté...
Parce que j'ai eu envie de lire Double Jeu (je ne résiste pas à un livre de Jean-Philippe Blondel!) et que j'ai une ado (de 13 ans) à la maison... m'est venue cette envie de faire une lecture croisée de ce roman. 

Ma lecture/sa lecture... Notre conversation... :-)

Mais d'abord, l'histoire >> Renvoyé de son lycée, Quentin est placé dans un lycée bourgeois du centre-ville. D'origine beaucoup plus modeste que ses nouveaux camarades de classe et loin de ses amis d'enfance, le garçon se sent étranger, exclu. Dans sa classe de première L, la majorité des élèves suit les cours de théâtre de Mme Fernandez, la professeur de français.
Rapidement fasciné par cette femme charismatique, Quentin va se laisser convaincre et intégrer le cours d'art dramatique pour incarner Tom, le héros de La Ménagerie de verre, la pièce de Tennessee Williams.
Quentin accepte progressivement de baisser la garde, de remettre en cause ses propres préjugés et se familiarise peu à peu avec les codes de ce nouveau milieu... Il se rapproche de ses partenaires de jeu, d'Heathcliff, jeune dandy solitaire, et de Julie, dont le charme ne le laisse pas longtemps indifférent. Mais, de plus en plus absent pour ses proches, Quentin se sent tiraillé entre deux mondes. Ce malaise latent fait écho à la pièce de Tennessee Williams et, entre la vie et les répétitions du spectacle, l'acteur et son personnage, les frontières tendent à s'abolir. Finalement, un seul choix s'impose à Quentin : celui de faire du théâtre sa vie.

Jean-Philippe Blondel a toujours su me parler, mais il sait aussi parler aux "jeunes", et c'est un talent incroyable de pouvoir toucher toutes les générations (ouch, je me fais mal quand même en écrivant cela... :-), bon disons que je suis sûre qu'il plairait aussi à ma mère...).
J'ai reproché dernièrement à certains romans de littérature jeunesse/ado d'être trop violents, trop crus ou trop durs (notamment Nos étoiles contraires, que j'ai, attention, beaucoup aimé, mais n'ai pas songé à le passer à ma fille...). Et bien Double Jeu, qui aborde pourtant des sujets importants avec subtilité, humour et pudeur, peut être lu par des ados (et des plus âgés!) bref, des personnes sensibles, sans causer de traumatisme tout en peignant un tableau criant de vérité d'un ado en recherche de repères et d'identité (..."Double je").

Voici notre double lecture de ce journal intime en 3 actes >>

Blablamum:Tu as lu le livre avant moi, et très vite!
M: Oui, j'aime bien Jean-Philippe Blondel alors... mais quand même la couverture m'a impressionnée, et au début j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire.
Blablamum: Ah...? Mais c'est nécessaire aussi, non? Cette étape, pour montrer la solitude, l'isolement, le côté perdu du "petit nouveau", tu as connu ça toi aussi, en changeant d'école primaire. 
M: Oui, et c'est bien décrit, c'est vrai qu'au début c'est pas facile, on se sent seul et on sait pas trop quoi dire alors on se renferme, on attend. Mais après j'ai aimé l'histoire jusqu'à la fin, et surtout la fin d'ailleurs.
Blablamum: Pourquoi?
M: Parce que c'est positif, que le théâtre a aidé Quentin à rentrer dans le droit chemin, à se faire des amis et à trouver une passion.
Blablamum: C'est un peu grace à sa prof de français aussi, comme quoi parfois la bonne entente avec un ou une prof ça peut changer pas mal de choses non?
M: Oui c'est sûr, c'est chouette d'avoir des profs cools qui donnent envie. Hé mais il écrit aussi dans le livre que le prof d'anglais est un "connard" et ça m'a fait rire parce que Jean-Philippe Blondel est prof d'anglais non?
Blablamum: Oui! Il a le sens de l'humour, hein? :-)
M: Oui, et il s'en sert, mais il traîte aussi de certains sujets d'actualité intéressants, comme les problèmes au lycée (bon moi je suis au collège mais c'est pareil) (le rejet, un peu le harcèlement), l'homosexualité et la tolérance, la délinquance, les parents, et puis le fait d'être grand frère
Blablamum: Tu as reconnu des choses que tu vis?
M: Un peu, parce que Quentin a 8 ans de différence avec sa soeur, comme moi avec E., ils sont très proches mais à un moment il l'abandonne un peu aussi. C'est comme ça parfois quand on est préoccupé, mais c'est moche. Et puis leurs parents s'occupent pas trop d'eux, c'est énervant (mais noooon, c'est pas pareil à la maison, je te rassure ;-)).
Blablamum: Jean-Philippe Blondel aborde aussi le sujet de l'amitié...
M: Au début, Quentin est mal, ses amis d'avant lui manquent, et après il pense plus trop à son copain Dylan, et il se fâche avec Heathcliff son nouveau copain, y'a deux passages tristes mais bien écrits, qui montrent qu'on peut perdre ses amis très vite. Et même que certains font des choix durs.
Blablamum: Et finalement Quentin arrive à ne pas se morfondre et à prendre des décisions.
M: Oui, ça a été compliqué pour lui mais en fait ça lui a servi. C'est un peu la conclusion, non? Qu'on peut avoir des sales moments mais que ça devient positif parfois?
Blablamum: E-xac-te-ment ma fille! :-)

BONUS >>
Blablamum: Question subsidiaire, parce que moi ça m'a donné envie de le relire, alors: ça t'a donné envie de lire ou d'aller voir la pièce de La ménagerie de verre de Tennessee Williams?
M: Je connaissais pas du tout l'histoire, ça a l'air bien mais dur aussi non? On regardera plutôt le film, ok? :-D
Blablamum: Humpf... 


"Je me souviens de ce début d'année scolaire. Cela semble à la fois si proche et si lointain. C'est à peine si je me reconnais, et si je retrouve les sensations que j'éprouvais. Parfois, la vie passe en accéléré. Je vis des décennies en quelques mois."

Et sans concertation aucune, Le Blog du petit carré jaune consacre son billet du jour à Jean-Philippe Blondel et sa vision de l'enseignement dans G229, ici! : http://lecarrejaune.canalblog.com/archives/2013/11/20/28471440.html

Et là, quelques extraits de Double Jeu: http://www.actes-sud-junior.fr/9782330022112-l-jean-philippe-blondel-double-jeu.htm