aakog40qyc-la-vengeance-de-baudelaire

De voir que ce livre avait obtenu le Prix Hercule Poirot, m'a intriguée.
Et puis, ELLE m'ayant réconciliée avec les polars, je tente, comme vous l'avez remarqué dans le précédent billet, de garder un peu le rythme d'un ou deux de temps en temps histoire de sortir de mes sentiers battus.

Bon, ok, la couv peut un peu faire peur... C'est un portrait de Baudelaire, oui, mais... j'aurais peut être opté pour une autre, personnellement. Mais passons ce détail...
Car hormi cela, c'est un bon polar, qui se déroule en 1870, période historique plutôt fournie et passionnante.

Et puis, Baudelaire reste évidemment un de mes poètes mythiques, avec Keats, Rimbaud, Hugo et comme je ne suis pas là pour faire ce genre de liste, je dirais: parmi tant d'autres...
C'était donc pour dire qu'un roman basé sur le personnage de Baudelaire et ses secrets de famille, c'était plutôt une bonne idée pour m'attirer dans ses filets.

L'histoire? >> 
Paris, septembre 1870, la guerre fait rage. Les premiers obus tombent sur la ville assiégée. Les ouvriers meurent de faim tandis que l'aristocratie se réfugie dans l'orgie et le spiritisme. C'est dans cette atmosphère chaotique que Paul Lefèvre, énigmatique commissaire assidu des maisons closes parisiennes, et son ami, l'inspecteur Bernard Bouveroux, homme curieux et cultivé, auront à résoudre une série de crimes hors du commun. Toutes les victimes portent un message, sous forme de vers extraits du très controversé recueil Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire, mort trois ans auparavant.
À mesure que l'enquête progresse sur un chemin encombré de subterfuges et de mensonges, les masques se craquèlent puis tombent, jusqu'à révéler un obscur secret au sein même de la famille Baudelaire.

J'ai aimé la petite histoire dans la grande et le travail historique qui a été fait par l'auteur.
N
ous suivons une enquète deux 2 enquêteurs, aux caractères assez opposés, dans les rues de Paris, en plein chamboulement des Temps Nouveaux, alors que le peuple gronde et que le fossé entre les classes se creusent et pousse à la violence, aux vols, aux excès. On s'y croirait. 
Je n'ai pas adhéré à tous les éléments de l'histoire (surtout un, mais que je taierai pour ne pas en dévoiler plus), mais je l'ai lu rapidement, et il m'a donné l'occasion de découvrir un auteur de polar flamand.