24

Il devait surveiller sa petite soeur au square, mais à 17 ans, comment résister lorsqu'une jeune femme vous drague ostensiblement et vous demande de l'aide pour son vélo. À son retour, Élise a disparu du bac à sable. La police est très pessimiste, mais lui se jure de la retrouver. Les parents d'Alice et de Gabin vivent dans une belle maison, quartier très résidentiel, auprès d'un lac. Les voisins : Jean-Alain dit Lilin, l'idiot du village, et ses parents. Alice va souvent lui lire des romans, il adore ça. 
Juste un peu obnubilé par Laura, une autre voisine adolescente qui adore provoquer Linlin avec ses jupes ultra-courtes, ses shorts rasibus, ses décolletés plongeants. 
Aussi lorsque Laura disparaît, le coupable est tout trouvé, les gendarmes mènent l'enquête mais pour tout le monde l'affaire est claire, enfin presque tout le monde. 
Alice n'y croit pas du tout, elle aussi cherche ce qui a pu se passer. 
Nourredine, un gendarme clairvoyant, recoupe des indices, des témoignages, mais la piste ouverte ne l'enchante guère...

Cette lecture commune m'a été proposée par ma fille qui, un dimanche, est venue déposer ce roman sur mon bureau en me disant qu'il était trop bien...
Elle l'avait lu pour le collège (classe de 4ème) et évidemment elle a éveillé ma curiosité, d'une part car elle était enthousiaste et aussi parce que j'étais curieuse de voir ce que la documentaliste avait fait comme sélection.

J'ai lu ce roman en une aprem, et miss M. l'a dévoré également.
Voici notre conversation post-lecture:

Blablamum: merci de m'avoir conseillé ce livre, j'avoue que je bloquais parce qu'à la base les histoires d'enlèvements d'enfant, j'aime pas ça, ça me fait peur alors j'évite de les lire...
Miss M: Oui mais là c'est trop bien parce qu'il y a du suspens du début à la fin, on est à fond dedans! On mène l'enquête, on se doute de rien, et la dernière page est waouuuuh...! Il a écrit d'autres livres Jean-Paul Nozière??
Blablamum: Oui il en a écrit pas mal d'autres, on va en chercher.
Miss M: Ah super, parce que j'aimerais trop en lire d'autres! Il écrit bien, il arrive à garder la tension tout le temps et on le lâche pas parce qu'on veut connaître la fin. J'ai cru à plusieurs coupables! C'est stressant parce qu'ils se soupçonnent et se surveillent tous.
Et puis c'est bien parce qu'il nous prend pas (les ados) pour des imbéciles et que les adultes peuvent le lire de la même manière.
Blablamum: C'est vrai que quand tu es revenue du collège avec, j'ai lu le résumé et ensuite quand tu le lisais, tu faisais de drôles de têtes, alors j'arrêtais pas de te demander ce qui se passait, je voulais connaître l'histoire et tu me l'as donné à lire plutôt que de tout me raconter...
Miss M: Tu vois un peu ce que ça fait :-)
Blablamum: N'empêche qu'au delà du suspens, Jean-Paul Nozière aborde des sujets de société, il est question d'handicap mental, d'adolescence, de culpabilité, et de dépression... Je trouve ça bien que ces thèmes soient abordés de cette manière, dans un polar "ado". 
Miss M: Oui! C'est quand même super injuste d'accuser tout de suite Linlin, juste parce qu'il est handicapé mental! Heureusement qu'il a ses parents et Alice avec lui...
Blablamum: Et puis ça peut aussi ouvrir les yeux et alerter les grands frères et grandes soeurs de la responsabilité qu'ils ont lorsqu'on leur confie leurs petits frère ou soeur... (ndlr: message presque pas subliminal d'une mère à sa fille ;-))
Miss M: Ah ça, c'est horrible oui, je me le suis dit tout de suite, que j'aurais pas laissé mon petit frère ou ma petite soeur dans le parc pour des trucs nuls! Mais ça dégénère vite quand même. Et puis ça dit qu'il faut être prudent et se méfier des autres aussi un peu quand même. C'est des gens normaux, qu'on peut croiser tous les jours...
Blablamum: En quelques mots, que dirais-tu à tes copines pour qu'elles le lisent?
Miss M: Qu'il est trop fort, un peu stressant mais pas trop, on s'imagine dans l'histoire (mais pas forcément à la place des personnages), et c'est bien parce que ça change un peu des livres qu'on lit d'habitude. Ca ferait un super bon film!

"... j’ai deux heures à tuer. Deux, parce que « une petite heure » traduit correctement du langage maternel signifie « deux heures interminables ». Un sacré bout de temps à jouer à la baby-sitter alors que mon passage éclair au parc n’avait d’autre but que d’annoncer à maman que je pars camper à Annecy la semaine prochaine. Avec Chloé.
Une annonce pas évidente. Pendant que je pétrissais les mots dans ma bouche, maman en a profité pour me sortir :
« Tu surveilles Élise une petite heure, mon grand ? » Et s’en aller. Et me larguer Élise."


Le site de Jean Paul Nozière: http://jpnoziere.com/accueil.htm

Les éditions Thierry Magnier: http://www.editions-thierry-magnier.com