La_deesse_des_petites_victoires_m

Yannick Grannec signe ici un sacré premier roman.
Non mais, quel travail!!!!

En 450 pages Yannick Grannec nous livre une histoire romanesque et très documentée historiquement.
Nous traversons un demi siècle d'Histoire à travers la "petite" histoire d'une femme, Adèle Godel et de son mari, Kurt, mathématicien de génie, grand ami d'Einstein, émigrés aux Etats Unis durant la seconde guerre mondiale.

Quel destin que celui de cette femme...
L'histoire d'un amour sacerdotal d'une jolie danseuse de bar pour un homme passionné/passionnant mais également hypocondriaque, parano, dépressif, psychotique....
Le sacrifice poussé à ses extrêmes, jusqu'à l'abnégation, jusqu'à renoncer à l'envie de devenir mère.
Jusqu'à l'oubli d'elle même, jusqu'à sacrifier son amour propre, jusqu'à l'exil, l'abandon de sa famille et l'isolement permanent. Pour lui...
Et malgré cela, une abnégation loin d'être aveugle, une colère interieure qui la rongera à chaque fois qu'elle l'étouffera en elle même. Pour lui? Pour elle?

Et l'histoire d'une autre femme, Anna. 
Documentaliste, elle part rencontrer Adèle, alors en fin de vie, pour la convaincre de leur céder les archives des recherches de son défunt époux, ce à quoi elle se refusait jusqu'alors. 
Les visites et leurs échanges s'enchainent, Adèle, bien qu'acariâtre, s'attache à la jeune femme et tout en se livrant joue, pour une dernière fois, son rôle de béquille, de "moteur", pour aider Anna à sortir d'une vie personnelle difficile...

Et, enfin, l'Histoire... L'Autriche d'après première guerre mondiale, la naissance du nazisme, la fuite des cerveaux, la guerre froide aux USA, la naissance de la bombe atomique.... la suspicion qui plane en permanence... et des discussions entre mathématiciens et scientifiques comme si nous y étions.

Un livre très instructif, qui rend curieuse (bien que très hermétique aux maths et sciences) et que l'on lit comme on regarde un bon biopic au cinéma. Avec, en bonus, un bien joli titre...


" Toutes les femmes ont-elles le même destin? S'appareiller, par amour ou par besoin de sécurité pour finir par tenir à bout de bras celui qui était censé être le rocher."

"Il est plus facile de briser un atome que de briser un préjugé"