IMG_3183

Amsterdam, février 1941. Le Reichleiter Rosenberg, chargé de la confiscation des biens culturels des juifs dans les territoires occupés, fait main basse sur la bibliothèque de Baruch Spinoza. Qui était-il donc ce philosophe, excommunié en 1656 par la communauté juive d'Amsterdam et banni de sa propre famille, pour, trois siècles après sa mort, exercer une telle fascination sur l’idéologue du parti nazi. Irvin Yalom, l’auteur de Et Nietzsche a pleuré, explore la vie intérieure de Spinoza, inventeur d’une éthique de la joie, qui influença des générations de penseurs. Il cherche aussi à comprendre Alfred Rosenberg qui joua un rôle décisif dans l'extermination des juifs d'Europe.

J'ai mis du temps pour lire, finir, et écrire sur ce roman (et je vous l'annonce d'emblée, ce ne sera pas mon meilleur billet :-)).
Mais ce qui m'ennuie c'est que ce n'est pas du tout parce qu'il ne m'a pas plu, au contraire!
Je l'ai trouvé aussi captivant qu'exigeant une certaine concentration et provoquant de fortes émotions. Car certains passages sont révoltants, nous plongeant dans une Histoire bien noire. Quand d'autres nous offrent des réflexions psychologiques et philosophiques plutôt profondes qui nous renvoient inévitablement à nous même.

Spinoza, après avoir été excommunié par sa communauté, va vivre isolé, vivant une vie d'auto-réflexion profonde, sur le sens de la vie, Dieu, la mort, la communauté et la religion.
Rosenberg, des centaines d'années après, est un odieux (bien qu'Irvin Yalom tente de le présenter/analyser le plus "froidement" possible) homme tourmenté, à l'enfance douloureuse, et aux dérives effrayantes (qui feront rapidement planer l'ombre de Spinoza sur lui), recherchant autant l'attention/amour de certains (essentiellement Hitler...) que vouant une haine farouche à d'autres.

C'est dans une écriture brillante et intelligente, empreinte de ses immenses compétences de psychiatre et aux références historiques passionnantes (et terrifiantes), qu'Irvin Yalom s'interroge (et nous interroge) sur le mal, l'humain, la haine, la solitude, la peur, en faisant s'intercaler les vies (sous forme de "biographies fictionnelles") de ces deux hommes si opposés...
Et nous offre un grand moment de réflexion sur les choix que la vie offre, la liberté, l'absurde, la folie, l'intolérance, ses dangers, et ses terribles dégâts. 
Un livre pas facile de prime abord, mais pas loin d'être essentiel je crois.
(Et à l'excellente qualité de traduction).


"Je ne crois pas que le questionnement soit une maladie. L'obéissance aveugle sans questionnement est la maladie."

L'auteur >> Irvin Yalom, né le 13/06 1931 à Washington, est l’auteur de nombreux essais et fictions, où il mêle connaissances scientifiques et récits imaginaires. Il est également un professeur émérite en psychiatrie de l’université de Stansford, un existentialiste et un psychothérapeute reconnu.
Son site: www.yalom.com

Le Livre de Poche: http://www.livredepoche.com/
Les éditions Galaade:http://www.galaade.com/