IMG_2997

Je sens que cela ne va pas être facile de parler de ce roman tellement il est dense et éveille des tas de choses en soi...
Un brillant troisième roman de 600 pages, qui se lit en se laissant porter par les chapitres alternés, comme des vagues, à l'image de ce petit sac plastique que Ruth (oui, le même prénom que l'auteur...) trouve un jour sur la plage quelques temps après le tsunami de Fukushima...

>>  À l'intérieur, une vieille montre, des lettres jaunies et le journal d'une lycéenne, Nao. Une trouvaille pleine de secrets que Ruth tente de pénétrer avant de réaliser que les mots de la jeune fille lui sont destinés...
Depuis un bar à hôtesses de Tokyo, Nao raconte des histoires: la sienne, ado déracinée, martyrisée par ses camarades; celle de sa fascinante aïeule, nonne zen de cent quatre ans ; de son grand-oncle kamikaze, passionné de poésie ; de son père qui cherche sur le Net la recette du suicide parfait. Des instants de vie qu'elle veut confier avant de disparaître. Alors qu'elle redoute de lire la fin du journal, Ruth s'interroge: et si elle, romancière en mal d'inspiration, avait le pouvoir de réécrire le destin de Nao? Serait-il possible alors d'unir le passé et le présent? La terre et le ciel?

Un roman Humain, poétique, moderne, et philosophique dans lequel Ruth Ozeki aborde de nombreux sujets tels que l'écologie, internet et ses dérives, la violence et la souffrance face au harcèlement à l'école, la prostitution, l'écriture, les choix, le poids de la conscience, le couple... la méditation, les fantômes, les êtres-temps, la mécanique quantique et les mondes parallèles...
Et, attention, tout cela sans que l'on ne se sente jamais perdu(e)!

91JLtgnI5wL

Ok, bon, dit comme cela, j'ai bien conscience que ça peut impressionner et dissuader, ce n'est pourtant bigrement pas mon but :-)

Alors comment vous dire...
Selon moi, En même temps toute la terre et tout le ciel, c'est un peu comme un roman dont vous seriez l'héroïne... ok ici vous ne décidez pas de la fin (quoique...) mais il se lit de façon tellement intime qu'il est impossible, je crois, d'en parler de la même manière d'une personne à une autre. 

J'ai été touchée par quasiment tous les personnages...
Et par l'imaginaire. Oui, je me suis laissée embarquer dans ce monde des possibles, cette "rencontre" entre deux femmes, cet "espoir" de mondes parallèles... ou encore l'idée que l'on puisse voyager dans l'espace temps pour changer le cours des choses.

J'ai franchement été épatée par l'immense travail accompli par Ruth Ozeki, ainsi que son intelligence d'écriture hyper moderne mélangée à sa connaissance de la langue japonaise dont elle partage la délicatesse avec nous dans une belle mise en page.

Dans ce livre aspergé de douceur et d'onirisme, Ruth Ozeki nous dévoile aussi la nature d'une île Canadienne hors du temps (où même l'électricité se volatilise parfois)... qui contraste avec un Japon très moderne et dur, où sévit la violence et l'exclusion "des perdants", où l'on peut se sentir déraciné, même en revenant pourtant dans son pays d'origine.
Où Nao n'a plus aucun repère, souffre, dérive et décide de se livrer à "quelqu'un" par le biais d'un cahier...
Un père suicidaire, à la carrière américaine ratée, mais à l'éthique sauve, et plein d'amour pour sa fille... 
Une grand-mère nonne de 104 ans, Jiko, fabuleuse.

9780670026630_ATalefortheT_JKF-1-copy

Un roman porteur d'un vrai discours, tourné vers l'autre, vers l'être, vers le respect (de la nature, de l'autre et de soi même)...
Il 
vous emmène loin. Et je l'ai terminé un peu déstabilisée et pensive mais réjouie et marquée par ce voyage.


"... le message de Jiko était simple. Tout dans l'univers change constamment, rien ne demeure jamais dans le même état, et nous devons comprendre à quelle vitesse les moments et les instants s'écoulent si nous désirons nous éveiller à nous-mêmes et vivre pleinement notre vie."

Sur le site de Ruth Ozeki, vous trouverez un mini clip qui restitue magnifiquement bien l'esprit roman: http://www.ruthozeki.com
(J'imagine que, réalisatrice de films et de documentaires, elle doit déjà travailler sur l'adaptation cinématographique de son roman.... A suivre!)

( Pour finir je salue le travail de traduction de Sarah Tardy. Et >> la couv US, que je préfère à la couv française, mais je préfère largement le titre français, par contre :-))

Livre reçu dans le cadre d'une Masse Critique organisée par Babélio