demande

Dans un pays qui favorise outrageusement les hommes blancs, la mère de Milo Burke se demande pourquoi celui-ci n'arrive pas à faire son trou. Milo, petite quarantaine, petite bedaine, marié et papa gâteau, dont les ambitions de peintre se sont dissoutes dans les compromissions, vient de se faire virer de son boulot de collecteur de fonds pour une université de seconde zone. Il se retrouve dans la délicate situation de quémander l'aide d'un vieil ami de fac fortuné s'il veut retrouver son travail et une vie presque normale.

Y'a pas à dire, les livres édités par Monsieur Toussaint Louverture sont toujours une sacrée bonne pioche (en plus d'être de bien beaux travaux d'édition!).
Demande et tu recevras n'a pas dérogé à la règle.
Il m'a offert une lecture aussi amusante que questionnante, dans un style enlevé et franchement sacrément travaillé et maîtrisé.
L'écriture est grinçante, réaliste, l'humour cynique, dans cette sorte de chronique d'un anti-héros/loser ordinaire attachant, oscillant entre chômage et boulot(s) humiliant(s), tentant de sauver son couple en péril, retrouvant des (faux) amis, tout en étant un papa "moderne" aimant, impliqué et disponible...
Alors qu'il a a priori tout pour réussir, Milo accumule les déceptions, les mauvais choix, les maladresses, les frustrations... et les interrogations. On le suit dans sa vie somme toute banale d'homme pris dans la routine d'un quotidien pas très satisfaisant (et loin de ses aspirations initiales) mais sur lequel il n'a que peu de prise.
Alors il se résigne et subit, non sans colère et insolence.

Demande et tu recevras est une amère satire (parfois crue) de la société moderne/de l'Amérique, par un quarantenaire qui (pourrait être vous, pourrait être moi) galère, tatônne et patauge...
Dans sa chute il croise des personnages savoureux tout aussi paumés que lui, hilarants ou touchants, victimes en colère, ou bien d'autres à la réussite presque indécente. Les inégalités nous pètent à la figure, le monde du travail/le système scolaire et leurs dérivés sont raillés, l'amitié/l'amour/la famille sont vus sous un angle peu positif... et on se régale... (tout en y voyant un encouragement à ne pas se laisser terrasser par ces écueils).

Bref, prenez un livre ultra positif de développement personnel, imaginez totalement l'inverse, et vous obtenez ce roman assez indéfinissable, noir, profond, drôle, sensible, acerbe (jusqu'au titre...), intelligent, sans concession et (cruellement) lucide. 

" "Si j’étais le héros d’un roman, les gens auraient du mal à s’identifier à moi, n’est-ce pas?" 
"Je ne lirais jamais un livre dont vous seriez le personnage principal, Milo. Et je doute que quiconque ait envie de le faire. A quoi bon?"."


L'auteur >> Sam Lipsyte, est né en 1968 à New York. Il vit à Manhattan où il est professeur à la School of the Arts, au sein de l’université de Columbia. Ses nouvelles ont été publiées dans de nombreux magazines, dont The Paris ReviewLa NRF et The New York Times. En 2000, son premier roman Venus Drive a été désigné par Village Voice comme l’un des meilleurs de l’année. Douce Amérique (publié par Calmann Levy en 2007), a été lauréat du Believer Book Award et faisait parti des livres importants de 2005 du New YorkerDemande, et tu recevras, après avoir été encensé, est devenu l’un des best sellers de 2010.