Parfois à la médiathèque je prends le temps, trop rare (et je dois changer ça!!) de regarder du côté des BDs...
Mercredi, j'ai mis la main sur deux très beaux albums qui m'ont touchée, alors j'ai eu envie de vous en parler, même si je ne me sens pas très à l'aise dans le sens où ce n'est pas mon domaine de prédilection, c'est donc en "quasi novice" que je vous livre ces lectures >>


beau voyage

LE BEAU VOYAGE - SPRINGER & ZIDROU
(titre inspiré d'une chanson de Boby Lapointe)

Léa, animatrice télé, se fait voler son téléphone dans la rue le jour où elle perd son père. 
Elle se rend donc à la maison familiale lourde de peine et de souvenirs qui rejaillissent.
L'amour pour son amie Léa, rencontrée un jour particulier de choix personnel, 
L'amour, qui ne saute pas aux yeux, de parents pour leur(s) enfant(s), perdus dans le deuil et la culpabilité qui les rongent. 
La douleur de survivre à un enfant (et le couple qui n'y survit pas), ou de ne devoir son existence qu'à la disparition de ce frère jamais connu.
La recherche de reconnaissance jusqu'à la surexposition négative, pas valorisante, mais utilisée pour entraîner des réactions et un échange.

L'histoire est touchante et les dessins subtils, doux et vifs à la fois.
C'est un album qui nous parle habilement des secrets de famille qui se répercutent sur ceux que l'on pense protéger, de la vérité que l'on finit souvent par apprendre (et, par ce biais:
 l'existence de la dépression chez les jeunes enfants, trop méconnue)...

Un album délicat sur l'existence fragile, et sur la renaissance que l'on peut enclencher lorsque l'on décide de cesser d'inconsciemment se "punir" des souffrances des autres.
Car, malgré tout, la vie reste un Beau Voyage... 

petites-gens-397-l325-h456-c

LES PETITES GENS - CAMPI & ZABUS

24 heures de la vie de petites gens de tous âges vivant dans la même rue, mais ne faisant que se croiser.
Leur envie d'exister, aux yeux des autres, d'une voisine, d'un père, de laisser des souvenirs reprendre leur place, ou enfin oser donner leur chance à certains rêves.

Ce sont 6 personnages très seuls qui, pourtant, aiment les autres.

Monsieur Armand, retraité, qui transmet son amour des livres, et leur côté thérapeutique, en partageant sa bibliothèque.
Paul, agacé par le sourire permanent d'un collègue, jusqu'à ce qu'il comprenne...
Louis, garçon plein de questions et de manque, face à un père dépassé.
Irina, à la vie discrète, qui s'offre des chances "tardives". 

lucieLucie, vieille dame bouleversante par ses questionnements sur sa vie, son "utilité", touchante par sa souffrance quotidienne, sa solitude...

Certains dessins par leurs détails et leur sensibilité, m'ont beaucoup émue, ainsi que ces douleurs, ces solitudes discrètes comme on en croise tous les jours, et comme on en vit soi même, parfois.

Un album mêlant la nostalgie, le deuil, la peine face au temps qui passe et aux interrogations sur le sens de tout cela...
Et la couleur, le sourire/l'espoir qui peuvent naître lorsque l'on s'ouvre aux autres, même pour partager des peines.



Deux albums qui parlent, sans mièvrerie, d'existence, du (non) sens de la vie, de la nécessité de partager peu plus les uns avec les autres, leur offrir une existence à travers ne serait ce qu'un bonjour, un regard, un livre, un message téléphonique ou une lettre...