lucioles

"Du haut de ses neuf ans, Victor a quelques certitudes : c'est parce que François, son père, n'ouvre pas son courrier qui s'amoncelle dans un placard que ses parents ne vivent plus ensemble ; c'est parce que Claire et Pilar adorent regarder des mélos tout en mangeant du pop-corn qu'elles sont heureuses ensemble. Et c'est parce que les adultes n'aiment pas descendre les poubelles au local peint en vert qu'il a rencontré son meilleur ami Gaspard.
Les vacances au Cap-Martin, cet été-là, seront pour Victor et son copain Gaspard l'occasion de partir à l'aventure sur l'étroit chemin des douaniers qui surplombe la côte. En guidant les garçons jusqu'aux passages secrets menant aux somptueuses villas, papillons, baronne et jumeaux feront bien plus que leur ouvrir la porte des jardins enchantés."

Gilles Paris est un auteur qui m'avait beaucoup touchée avec son roman Au pays des kangourous (sorti chez J'ai Lu en format poche le 8/01!), où le petit Simon, 9 ans, parlait de la dépression de son papa et sa vie bouleversée par sa chute. (J'ai aussi dans ma PAL (=pile à lire...) Autobiographie d'une courgette, dont j'ai lu/entendu beaucoup de bien, donc à suivre...).

L'été des lucioles est le quatrième roman de Gilles Paris, et il y donne, comme à son habitude, la parole à un enfant: Victor, 9 ans.

La couverture (signée Emmanuel Pierrot, de l'agence VU', dont vous pouvez voir d'autres photos ici:http://www.agencevu.com/photographers/photographer.php?id=68 ) est, je trouve, très représentative du contenu du roman, ces ombres chinoises représentant l'imaginaire, donnant un joli spectacle qui, en même temps, fait discrètement frissonner, ces images enfantines inquiétées par l'obscurité, et cet enfant qui prend la fuite devant une "menace"... 

Et bien, Victor, le temps d'un été, va vivre tout cela. Et nous avec lui, de sa hauteur d'enfant.

Sous la forme d'une fable réaliste, Gilles Paris nous fait partager les interrogations d'un garçon intelligent, observateur et bienveillant, aimant son papa absent, et les femmes qui l'entourent.
De sa maman libraire à Bourg-en-Bresse toujours avec un livre dans les mains, et tenant un blog (qui n'a pas été sans me faire penser, dans la "vraie vie", à une certaine Lydie, adorable libraire :-)), à sa soeur énigme en pleine "mutation" adolescente (qui n'a pas été sans me faire penser à ma propre ado ;-)), en passant par sa deuxième maman, rêveuse, en mal de son pays l'Argentine (abordant avec beaucoup de douceur le couple homo parental)... auxquelles s'ajoutent une baronne solitaire et la concierge de la résidence, toutes deux détentrices de réponses.
Car Victor sent bien qu'il y a des choses qu'il ne sait pas, des secrets, des plaies d'adultes, des deuils dont il est épargné.
Alors les deuils vont venir à lui.
Et c'est de la hauteur de ses 9 ans qu'il va dompter les fantômes qui planent. 

Avec la complicité de Gaspard, son meilleur ami, de Justine, cause de ses premiers émois, et des jumeaux Tom et Nathan...
Ainsi que la magie des éléments, la lumière des éclairs et des lucioles (de retour après des années d'absence due à la pollution).

L'Été des lucioles est un roman doux-mystère sur l'insouciance de l'enfance, le couple, le rôle de parents, les amitiés, les premières amours... les ombres que l'on ne peut pas passer son temps à fuir, et le "pouvoir" qu'ont parfois les enfants de mettre les adultes sur la bonne voie.


"Pas besoin de baguette magique pour faire naître la magie..."


Le site de Gilles Paris: http://www.gillesparis.net/lucioles_presentation