9782490494019

Une cité idéale où les valeurs végans apportent équilibre, mieux-être et harmonie.
Green est végan depuis sa petite enfance, mais ses parents ne l'étaient pas. Rongé par cette faute originelle, il se comporte en éco-citoyen modèle.
Bazarov, quant à lui, est un ex-carnivore qui a gagné sa place grâce à ses performances en course à pied. Il paie sa dette écologique en travaillant dans un jardin collectif.
Leur conviction est perturbée par le nouveau référendum lancé sur les réseaux sociaux: "Pour ou contre l'éco-citoyenneté accordée aux ex-carnivores ?"
Un "sang rouge" vaut-il un "sang vert" ?

"L'objectif est toujours le même: atteindre l'état suprême du bonheur, le modèle du dernier homme épanoui et libéré de toutes souffrances.

La Grande famille veille sur vous.

Coup d'envoi pour les éditions Sable Polaire, menées tambour battant par le talentueux Stéphane Million!
Et c'est avec une dystopie signée par l'un de ses fidèles auteurs que je me lance avec plaisir dans cette rentrée littéraire.

Nous sommes à Océania alias Véganland, où les sangs verts/végans ont pris le pouvoir, les sangs rouges/ex carnivores, eux, vivent dans un quartier éloigné, animés par l'envie de s'intégrer à cette société idéale, notamment en remportant une compétition (version télé réalité) appelée le BIGTOP.

Tout est contôlé, formaté et encadré dans une belle (et apparente) harmonie par l'homéostasi (notez l'association de mots :-)) détenant le pouvoir d'exclure toute personne faisant preuve de mauvaise volonté/mauvais esprit/violence ou désir dans un territoire perdu et pour le moins inhospitalier. 

L'hyperconnectivité fait rage, les écrans sont omniprésents, le lavage de cerveau continuel, et la menace plane... Les émotions/sentiments sont canalisés, tout a été aseptisé, les gens robotisés, maîtrisés avec l'aide de nouvelles drogues soi-disant sans danger et administrées pour le prétendu bien de tous... 
Les sangs verts, masse assommée (mais heureuse...), vivent donc à l'unisson une vie simple/simplifiée, ne travaillent plus, font du jardinage, et se consacrent à leur épanouissement, tout en se demandant si les sangs rouges méritent que l'éco-citoyenneté leur soit accordée. 
Et le lecteur de se demander jusqu'où un tel ordre imposé/contrôlé/l'absence de libre arbitre peuvent se maintenir sans entraîner colère, animalité et rébellion.

Entre fiction et satire sociale futuriste, Bienvenue à Véganland est un roman très cinématographique rappelant, entre autres, des films tels que L'Age de Cristal, The Island, ou même Equilibrium...
Il interroge sur l'évolution de notre société, pointant du doigt les dangers de l'extrémisme entraînant discrimination, ingérence et dérives totalitaristes, démocratisant l'intolérance et l'élitisme.

Armé d'un style singulier vif et grinçant, Olivier Darrioumerle démontre ici que le monde idéal des uns n'est pas forcément celui des autres, et que l'individualité et la liberté de choix ne sont pas choses négociables.
 

"Avec le dispositif technologique dont chacun dispose, il devient extrêmement rare de se retrouver face à une situation compliquée. Tout ce qui implique un jugement et une prise de décision n'existe pratiquement plus. L'environnement est parfaitement réglé. On est à peu près sûr de ne jamais être exposé au moindre conflit. Alors on se relâche. La vie est d'un simplicité totale tant qu'on se laisse guider par le programme préenregistré. Les algorithmes récupèrent les facultés mentales abandonnées. Ils calculent l'adéquation entre ses choix et la personnalité intégrale sélectionnée. Chaque identité se perfectionne avec la garantie de ne jamais se retrouver face au précipice de sa médiocrité".

L'auteur >> né à Bayonne, gascon, baroudeur, écrivain à plein temps, Olivier Darrioumerle est journaliste à Sud Ouest.
Pour en savoir plus sur son titre précédent: http://blablablamia.canalblog.com/archives/2013/10/02/28124526.html