âmes seules

Chez Vogal Software, société high-tech perchée au treizième étage de la tour Eole, à la Défense, Clément pilote habilement sa carrière. Hyper adaptable, hyper connecté, il analyse, stocke, classe, utilise la moindre inflexion qui finit toujours par trahir ses rivaux. Sa compagne, Myriam, constitue sa meilleure alliée dans le jeu du pouvoir.
Mais le monde ne perd pas si facilement de son épaisseur. La vie s'impose, complexe, visqueuse. Elle freine ses gestes, envahit ses pensées, lui fait rencontrer Meryl.
Sensible, bizarre, abîmée, la jeune femme n'essaie pas de paraître normale. Sa puissance est incalculable. Entre eux, une relation inédite se noue. 

En guise de préambule, je tiens à saluer le remarquable travail d'édition accompli par les éditions Plon en cette rentrée littéraire, car les beaux titre/couverture de Nos âmes seules attirent, et illustrent parfaitement les sentiments qui le peuplent. 
Des sentiments d'oppression, de manque d'air, de brouillard, de solitude, prédominants dans le
 monde du travail qui y est décrit, anxiogène, dévorant, impitoyable.
 
Clément, malgré son prénom, est dur et implacable, il n'a pas peur de rentrer en 
compétition avec ses collègues tout aussi ambitieux que lui, il se bat avec toutes les armes possibles, gomme ses défauts/faiblesses, dégomme ses collègues...
Oui, Clément veut aller loin, et pour cela, il doit s'imposer, quite à perdre de vue quelques valeurs (bien qu'il ait des sursauts d'altruisme), et se laisser prendre dans un tourbillon dangereux.
Commence alors un petit jeu de manipulation qui le poussera à s'interroger sur sa vie, ses sentiments, ses aspirations, entraînera des choix, scellera des pactes. 

L'ambiance, très réaliste, tendue, un peu froide et inquiétante, m'a fait penser au Wall Street d'Oliver Stone, ou aussi à l'Associé du Diable (avec Keanu Reeves et Al Pacino - sans le côté "fantastique"). Luc Blanvillain traite très bien de l'avidité, des calculs, pressions/excitations, des exigences personnelles, de la trop grande importance du statut social, et du mal être qui s'insinue et ronge peu à peu le quotidien, les relations de 
couple/familiales/humaines/professionnelles.

Ce n'est probablement pas "de la faute" (si tant est qu'il faille en trouver une!) du roman, si je l'ai reposé un peu confuse... Je crois qu'
il m'a manqué une certaine empathie, je n'ai ressenti aucun attachement envers Clément (ou les autres personnages), et l'atmosphère (trop de monde du travail pour moi?) m'a fait éprouver un léger sentiment de malaise. Bien que je ne sois pas naïve, et ne vive pas avec des bisounours et des licornes, j'aimerais croire qu'il y a un (petit) peu plus de bienveillance que cela, et pas autant de calcul/cynisme dans les relations humaines/amoureuses...
Ceci étant dit, Nos âmes seules est un bon livre, cruel, âpre et déroutant. Et Luc Blanvillain, jusque là auteur jeunesse, transforme l'essai avec ce premier roman adulte, car il interpelle, déstabilise et fait s'interroger sur ses propres relations, choix et envies. 

"L’idée qu’une vie, une vie ordinaire se déroule ainsi, aux heures de bureau, ne le réconforte guère. C’est justement à cela qu’il a toujours voulu échapper. Cette juxtaposition d’instants creux, de tâches minuscules ne débouchant sur rien, cette duplication sempiternelle du présent." 

Roman qui figurait dans ma PÀL et s'est naturellement intégré à l'opération des 68 premières fois (organisée par Charlotte L'insatiable, qui s'est lancé le défi de lire les 68 premiers romans de la rentrée littéraire. Nous sommes 40 à l'accompagner joyeusement dans cette aventure: https://www.facebook.com/groups/798415006944136/).

L'auteur >> Luc Blanvillain est professeur de lettres, il vit à Morlaix, en Bretagne. Il a déjà écrit plusieurs romans jeunesse, édités par Quespire, Milan jeunesse, Plon jeunesse, Seuil jeunesse, et L'Ecole des loisirs, ainsi que des albums BD. Parallèlement à la sortie de son premier roman, il publie aussi le livre jeunesse Mes parents sont dans ma classe (Ecole des Loisirs, collection "Neuf").

Les éditions Plon : http://www.plon.fr/