qu'il emporte mon secret

« Je ne peux pas t'expliquer pourquoi, pas maintenant, mais sois patient, je te raconterai dès que j'aurai trouvé les mots. J'ai besoin de respirer, encore un peu, un autre air que celui, étouffant, de l'été 1984, celui que j'avais refoulé et que j'ai retrouvé dans une salle de la prison de Nantes, il y a trois semaines ».
Deux nuits ont bouleversé la vie d’Hélène à 30 ans d'intervalle, la troisième, à la veille d’un procès, sera peut-être enfin celle de la vérité…

Sylvie Le Bihan ne s'en cache pas, ce roman est basé sur certains faits réels, mais Qu'il emporte mon secret est bel et bien un roman, forme d'écriture qui lui a sûrement permis d'aborder le sujet grave qu'est le viol en gardant toujours la bonne distance, dans une écriture aussi douce que directe.

Hélène est donc une femme qui, trente ans après avoir été victime d'un viol, se retourne sur son passé au cours d'un moment charnière de sa vie, à savoir à la veille d'un procès durant lequel elle va témoigner, pour enfin faire entendre ce qui avait jusqu'alors été tu.

Hélène se confie à son amant dans une lettre de rupture, expliquant pourquoi elle semble aussi insaisissable, et comment cet évènement d'une extrême violence, l'année de ses 16 ans, l'a façonnée, inadaptée, blessée et endurcie.  
Elle parle du poids de l'entourage, de l'importance des premiers mots entendus "après", de cette peur de la honte et de décevoir qui entraîne le silence, la négation, la dissociation qui fait laisser un gros morceau de soi derrière, et ne fera exister qu'en pointillés... 
Hélène, devenue une femme silencieusement fragile, masque donc ses failles derrière des airs de femme forte et indépendante.
Elle revient sur ses choix, faits, gestes inconscients, son côté expansif 
alors qu'elle était intèrieurement recroquevillée, son rejet de l'attachement, son "incompétence" en amour, ses blessures qui ont entraîné ses faiblesses et l'ont, un temps, transformée en victime idéale pour un autre genre de prédateurs... 
Et alors que l'heure de la confrontation approche, que la tension monte en elle, on attend de savoir ce qui a provoqué le déclic, lui a donné la force, et lui a surtout permis, d'aller enfin devant la justice pour demander réparation...

Par le biais de ce roman pudique à la fois intime et universel, Sylvie le Bihan montre son désir d'ouvrir la voie et de continuer à libérer la parole, en encourageant ici les femmes victimes de viol à ne pas se nier/culpabiliser/avoir honte, et à militer afin de pouvoir défendre leurs droits à quelque moment de leur vie que ce soit.

"Je suis persuadée que ce sont nos croyances qui attirent nos expériences, et cest peut-être la raison pour laquelle je nai jamais aimé, puisque je me crois condamnéà être seule, à ce quon mabandonne, incapable de donner, en un mot, pas aimable, au sens propre du terme."

L'auteur(e) >> Sylvie Le Bihan Gagnaire dirige les projets internationaux des restaurants Pierre Gagnaire. L’Autre, paru en 2014, avait obtenu les prix du premier roman à la Forêts des Livres et au salon de Chambéry, il est en cours d’adaptation pour le cinéma. Elle a publié son deuxième roman Là où s’arrête la terre en 2015.

Les éditions du Seuil : http://www.seuil.com/