P Besson

Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
Mais un amour, quand même.
Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

Philippe Besson a toujours aimé inventer des histoires, et nous les raconter dans de beaux romans. Je ne les ai pas tous lus, ni tous aimés, de fait, mais je suis certaine d'une chose, Philippe Besson a toujours eu cette plume qui touche et fait mouche, ce ton toujours sincère et juste, qui lui permet de se dévoiler avec douceur et pudeur dans ce roman-récit.

Philippe Besson nous emmène donc à Barbezieux en 1984, pour partager quelques jours de son adolescence, au moment de l'éveil amoureux, de ses premières expériences homosexuelles, du coeur qui bat dans une clandestinité imposée. 
Il se remémore l'intimité d'une première relation faite d'hésitation, de silence, d'emportements, de différence et de tabous... jusqu'aux
 séparations inexpliquées et la vie qui nous rattrape parfois étrangement par le col.  

Arrête avec tes mensonges est un très beau texte, court, mélancolique, tendre et poignant, sur l'amour et ses premières brûlures, la perte, la peine et les vides qui nous morcellent, thèmes qui jalonnent l'oeuvre de Philippe Besson, et dont on trouve ici les origines.
U
n roman que l'on repose ému, touché par cet hommage lumineux à un amour fondateur, et à la vie d'un homme passé à côté d'une partie de lui-même, privé d'une précieuse liberté de choix et de soi. 

"Mais surtout, nous ne retrouverons pas ce qui nous a poussés l'un vers l'autre, un jour. Cette urgence très pure. Ce moment unique. Il y a eu des circonstances, une conjonction de hasards, une somme de coïncidences, une simultanéité de désirs, quelque chose dans l'air, quelque chose aussi qui tenait à l'époque, à l'endroit, et ça a formé un moment, et ça a provoqué la rencontre, mais tout s'est distendu, tout est reparti dans des directions différentes, tout a éclaté, à la manière d'un feu d'artifice dont les fusées explosent au ciel nocturne dans tous les sens et dont les éclats retombent en pluie, et meurent à mesure qu'ils chutent et disparaissent avant de pouvoir toucher le sol, pour que ça ne brûle personne, pour que ça ne blesse personne, et le moment est terminé, mort, il ne reviendra pas ; c'est cela qui nous est arrivé."

L'auteur >> Depuis Son frère, paru en 2001 et adapté par le réalisateur Patrice Chéreau, Philippe Besson a publié, entre autres, En l'absence des hommes, L'Arrière-saison, Une bonne raison de se tuer, La Maison atlantique et Vivre vite, et est devenu un des auteurs incontournables de sa génération. S'affirmant aussi comme un scénariste original et très personnel, il a signé le scénario de Mourir d'aimer (2009), interprété par Muriel Robin, de La Mauvaise Rencontre (2010) avec Jeanne Moreau, du Raspoutine de Josée Dayan interprété par Gérard Depardieu, et de Nos retrouvailles (2012) avec Fanny Ardant et Charles Berling. Un homme accidentel sera prochainement adapté au cinéma. Un tango en bord de mer, sa première pièce en tant que dramaturge, a été jouée à Paris à l'automne 2014 et publiée parallèlement chez Julliard puis reprise à l'automne 2015 au Théâtre du Petit Montparnasse.