Et j'abattrai l'arrongance des tyrans

En 1381, la grande peste et la Guerre de Cent ans ont ruiné le royaume d'Angleterre. Quand le roi décide d'augmenter les impôts, les paysans se rebellent. Parmi les héros de cette première révolte occidentale : John Wyclif, précurseur du protestantisme, Wat Tyler, grand chef de guerre, John Ball, prêtre vagabond qui prône l'égalité des hommes en s'inspirant de la Bible. Mais on trouve aussi des femmes, dont Joanna, une Jeanne d'Arc athée, qui n'a pas sa langue dans la poche et rejoint cette aventure en se disant que, puisque l'on parle d'égalité, il serait bon de parler d'égalité homme-femme...

Ah en voilà un premier roman original qui sort des sentiers battus de cette rentrée littéraire!

Ce voyage historique et féministe fait le récit d'une révolte sociale qui a vraiment eu lieu au moyen-âge en Angleterre, alors que des paysans furieux d'une énième et injuste augmentation de l'impôt, décident d'aller faire savoir leur mécontentement à leurs infatués dirigeants.
Un soulèvement qui offre à Johanna Ferrour, pétrie d'ennui et rongée par une brûlante envie d'évasion, l'occasion de fuir son quotidien (et son violeur de mari) assommant, pour enfin exister, défendre son statut de femme et revendiquer des droits.
Et à travers le parcours de Johanna, ce sont les rapports de domination, la relation au corps, la transparence d'une femme et l'évolution de la condition féminine que l'auteure expose et interroge.


Et j'abattrai l'arrogance des tyrans est un roman d'initiation enlevé et assez culotté (...) qui traîte intelligemment (et avec une bonne dose d'humour) d'engagement, de violence, d'exaspération face à la servitude imposée, d'échec et d'individualité au coeur du collectif.
Marie-Fleur Albecker semble habitée par la colère et l'envie de justice qui anime ses personnages, et nous fait réaliser combien passé et présent se font toujours écho, les gouvernants ayant finalement peu changé de méthodes, le peuple étant considéré comme une source de revenus le ressentiment se montre intemporel... 

Documenté (l'auteur(e) est prof d'histoire) et truffé d'anachronismes/parallèles adroits et pertinents permettant une belle démonstration de la répétition de l'histoire, mêlant une langue classique à une plus contemporaine et parfois crue, ce livre est franchement réjouissant (malgré quelques digressions un peu longuettes parfois), et fait de Marie-Fleur Albecker une sorte d'alter-ego féminin de Jean Teulé. U
n vrai pari de la part de la maison d'édition, dont je salue l'audace.

"Alors voilà, Johanna a pris la hache. Elle va exercer elle-même, directement, la justice, mais aussi la violence.
Elle n'est plus elle-même, elle est un symbole. Est-ce que c'est si simple que cela? Est-ce que l'on déboulonne une société millénaire avec des marches pacifiques? Peut-être parfois, quand tous les éléments sont réunis, et puis après: on vote des lois, on signe des actes de papier qui disent que les pauvres, les serfs, les intouchables, les moches, les femmes, les vieux sont moins que rien; et puis ensuite fermez vos gueules, travaillez dur, vous réussirez peut-être mais en attendant nous tenons toujours le pouvoir. (...) 
Qu'est-ce que cela veut dire, au fond, la violence? Le Christ lui-même n'a-t-il pas perdu patience devant l'outrage des marchands du Temple? Est-ce violence ou justice que d'exécuter les plus puissants des puissants une fois pour toute? Est-ce justice ou ou violence que la mort de Charles devant les murailles de Poitiers parce qu'il était orphelin (...)
Est-ce justice que les gueux doivent mourir pour par milliers pour les intérêts des puissants? Est-ce justice d'avoir tenu dans ses mains le sang qui coulait entre ses jambes après une journée de travail pour le seigneur? Est-ce justice d'avoir dû épouser son violeur? Est-ce justice de devoir payer chaque année le peu d'argent gagné à la sueur de son front au seigneur? Est-ce justice que les paysans meurent dix, quinze, vingt ans plus tôt que leurs seigneurs? Est-ce justice ou est-ce violence? Combien de votre sang et de votre sueur versés avant que vous disiez non?
Retour à l'envoyeur."

L'auteure >> Marie-Fleur Albecker est née en 1981. Elle enseigne l’histoire et la géographie.