une-longue-impatience-de-gaelle-josse

Ce soir-là, Louis, seize ans, n’est pas rentré à la maison. Anne, sa mère, dans ce village de Bretagne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, voit sa vie dévorée par l’attente, par l’absence qui questionne la vie du couple et redessine celle de toute la famille.
Chaque jour, aux bords de la folie, aux limites de la douleur, Anne attend le bateau qui lui ramènera son fils. Pour survivre, elle lui écrit la fête insensée qu’elle offrira pour son retour. 
Telle une tragédie implacable, l’histoire se resserre sur un amour maternel infini.

Anne attend Louis. Il a 16 ans, et il a disparu. 
Il est parti sans un mot, mais pas sans raison. 
Anne est sa mère, remariée avec Etienne et maman de deux autres enfants pour lesquels elle tente de rester debout, de sauver les apparences. Mais derrière la façade tout se fissure, Anne passe la plupart de son temps à guetter Louis, à l'espérer, à lui écrire, sans jamais recevoir de réponse.

La Seconde Guerre mondiale vient de prendre fin, Anne y a perdu un mari en mer (Yvon, le père de Louis), et une partie de son équilibre. Alors lorsqu'elle apprend que son fils a embarqué sur un cargo de la Compagnie Générale Maritime, c'est un triste passé qui ressurgi et la fait encore plus tituber. 

Anne sombre du haut de ses falaises bretonnes, le désespoir, le sentiment de rejet et de culpabilité lui rongent le ventre, bien qu'elle se raccroche fébrilement à un minuscule espoir, à ce mince fil d'Ariane qui le ferait revenir, ce fils lointain tellement présent qu'il finit par prendre toute la place. 

Une longue impatience est un court roman remuant, à l'écriture sublime dont la force bouleversera toute mère, ou toute personne redoutant de se voir subitement séparée d'un être comptant plus que sa propre vie.

Et c'est avec la douceur et l'humanité qui la caractérisent que Gaëlle Josse dépeint, avec profondeur et intensité, ce trou que fore lentement l'acidité d'une absence, la brutalité d'un silence, le poids des non-dits, la déchirure d'une mère, le portrait d'une lumière qui s'éteint.

 "Dans ces moments-là, quand j'ai à mes côtés la vie joyeuse, soyeuse de ma fille, je voudrais oublier la femme qui monte chaque matin sur la corniche au bout du chemin, celle qui passe devant le Trou du diable et fixe l'eau tourbillonnante en contrebas, celle qui redescend toujours à regret, toujours à la hâte, parce qu'il le faut. Parce que tout ce temps volé aux miens, je voudrais le leur rendre, et je voudrais qu'ils comprennent que je ne suis avec eux qu'une moitié de mère, une moitié aimante et mutilée. Etienne sait et ne dit rien. Je pense que mon regard lui rappelle à chaque instant la part qu'il porte dans cette histoire, c'est un couteau planté entre nous deux. Je sais ma place ici, près des vies qui m'aiment, me réclament, avec leurs peaux tendres, les bras tendus, les fossettes et les boucles douces. Je me laisse faire, dans la douceur des fauteuils, des tapis, dans l'abondance du linge, de la vaisselle, des provisions bien rangées.
En même temps je suis là-bas, au bord de la falaise, dans le vent, dans la solitude, dans l'attente. En débarrassant la table en hâte, en posant les assiettes dans l'évier, je suis déjà ailleurs."

L'auteur(e) >> Après des études de droit, de journalisme, de psychologie et quelques années passées en Nouvelle-Calédonie, Gaëlle Josse travaille à Paris comme rédactrice dans un magazine et vit en région parisienne.
Son premier roman, "Les heures silencieuses" (Prix Lavinal, Prix "Peindre en Provence", Prix du Marais, finaliste du Prix Orange 2011), est paru en janvier 2010 aux Éditions Autrement
Suivront "Nos vies désaccordées", qui obtient le Prix Alain-Fournier 2013 et le Prix national de l'Audiolecture 2013 et" Noces de neige" en 2013. En 2015, elle est finaliste du Prix des libraires et lauréate du Prix de littérature de l'Union Européenne, du Prix de l'Académie de Bretagne et de nombreux prix de médiathèques pour son roman "Le dernier gardien d'Ellis Island" (Noir sur Blanc). En 2016, elle publie "L'ombre de nos nuits" et est marraine du prix littéraire des jeunes Européens.