entre deux mondes

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. 
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. 
Un assassin va profiter de cette situation. 
Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. 
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Fidèle à Olivier Norek depuis le tout début, je dois avouer avoir un peu hésité à me plonger dans son dernier roman, mais j'ai fini par accepter de me détacher du capitaine Coste (personnage principal de ses 3 précédents livres: Code 93, Territoires, Surtensions) pour partir faire un bout de route avec le lieutenant Miller, jusqu'à la ville de Calais et sa jungle.
Et j'ai bien fait (je n'étais quand même pas très inquiète).

Dès les premières pages nous voilà plongés dans la vie d'Adam, policier Syrien tentant de résister à sa manière au régime de Bachar al Assad, mais la peur d'être découvert le gagne, il décide alors avec sa femme de les mettre à l'abri elle et leur fille, avec la promesse de les rejoindre très vite, lieu de rendez-vous: la jungle de Calais.

A son arrivée, après un long et périlleux voyage, auquel peu survivent, Adam, alors qu'il recherche sa famille, introuvable, découvre le monde parallèle qu'est la jungle: les rapports de force, la violence, les communautés, la drogue, les commerces parallèles, les enfants livrés à eux-même (et souvent victimes de viol), les associations humanitaires quasi impuissantes... 
La jungle apparaît comme un territoire hors du monde, un 
no man's land où les réfugiés se retrouvent bloqués entre deux vies, devant encore assurer leur survie dans le froid, la boue, la saleté et le manque de tout... Dans des conditions de vie indignes, ils rêvent d'un ailleurs, l'Angleterre (qu'ils appellent "Youké") qui leur est refusée à chaque tentative ou presque.

Bastien Miller nouvellement arrivé à la tête du commissariat de Calais pour raisons personnelles découvre cet univers, son état de sidération révélant combien il nous est impossible d'imaginer la situation, l'imbroglio politique et légal, 
le manque de moyens et les limites aléatoires de l'acceptable entre lesquelles naviguent les agents de Police sur place.
Olivier Norek s'est adonné à un long travail d'observation et d'écoute en allant passer plusieurs semaines à Calais, entre la jungle et les équipes de Police. Et si tout ce qu'il nous raconte semble si réel, c'est que ça l'est, et ça fait froid dans le dos.
Il nous raconte les méthodes employées par les réfugiés pour enfin rejoindre leur eldorado, et celles de la police pour les bloquer, le cynisme, la froideur qu'ils affichent cachant la douleur et le moral qui flanche, les mutations devenues interdites, la dépression face à l'impossibilité de faire du bon boulot, les intérêts économiques de la ville/de son entourage à défendre...

Et c'est avec beaucoup de réalisme et de sincérité qu'Olivier Norek expose la complexité de la situation, sans misérabilisme, en partageant des faits/des chiffres (ex: il y a plus de bombes lacrymogènes à Calais qu'à la réserve nationale du RAID).
U
sant de quelques facilités mais dans une écriture efficace, il pose un regard franc sur un sujet sensible qui gratte la gorge avec intelligence, sans manichéisme par le biais d'une enquête (plutôt mince ceci étant), et via les divers points de vue de ses personnages, attachants, humains, entre lesquels vont germer des liens d'amitié.
Et même si la jungle a depuis été démantelée, Olivier Norek (qui a 
travaillé dans l'humanitaire en ex-Yougoslavie avant de devenir lieutenant de police) questionne notre société en globalité, malgré la bonne distance qu'il s'efforce de respecter, sur la façon dont elle accueille les réfugiés, et m'a rappelé la lecture du poignant roman de Pascal Manoukian Les Echoués.

"La violence est partout puisque la pauvreté est immense. Tu ne peux pas mettre ensemble dix mille hommes, quasiment enfermés, tributaires de la générosité des Calaisiens et des humanitaires, sans autre espoir qu'une traversée illégale, et croire que tout va bien se passer. Des morts, il y en a toutes les semaines. Les No Border les traînent aux limites de la Jungle, devant les CRS, mais parfois ils sont simplement enterrés entre les dunes et la forêt. Si un jour ils rasent la Jungle, il ne faudra pas creuser trop profond."

L'auteur >> Olivier Norek a été lieutenant de police à la section enquêtes de recherches du SDPJ 93 durant dix-sept ans il est actuellement en disponibilité. Il est scénariste de série (Engrenages), et auteur de Code 93Territoires et Surtensions, trois polars largement salués par la critique et le public, tous sortis aux éditions Michel LafonSurtensions a remporté Le Prix Le Point du polar européen en 2016, ainsi que le Prix des Lectrices ELLE catégorie Policier.