Zelda Zonk

Foutu mardi, foutue pluie… Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident. À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge?
Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant…

Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier? Si vraiment Zelda est Marilyn, si elle a réussi à passer de la lumière à l’anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie?

Hanna mène une jolie vie tranquille, avec un mari écrivain de polars, une soeur hôtesse de l'air, une nièce qu'elle élève comme sa fille, une boutique tendance... jusqu'à l'accident grave, qui manque de lui coûter la vie et la mène, au bout de quelques semaines, dans la même chambre qu'une certaine Zelda Zonk.
Cette dernière l'intrigue, la stimule, la fait rire, et quand Zelda invite Hanna à venir passer quelques jours chez elle, la vie d'Hanna bascule... 
Zelda Zonk s'entoure de mystères, elle porte le nom utilisé par Marilyn Monroe quand elle voulait rester incognito, parle très peu de son passé, n'a aucune photo souvenir, et un fils qui ne connaît pas l'identité de son père... Marilyn pourrait-elle ne pas être morte et être en train de poursuivre tranquillement sa vie en Irlande? 

Alors que sa curiosité la pousse à mener sa petite enquête, Hanna se retrouve à s'interroger sur sa vie, ses lenteurs et ses désirs, et tombe sous le charme de Michael, le fils de Zelda... Mais quel avenir peut avoir ce genre d'histoire, entre une femme mariée et un homme attaché à sa liberté?

Bon, entre nous, je vous dirais qu'en fait je ne m'attendais pas à cette lecture-là, la quatrième de couv m'ayant plus laissé penser à une enquête un peu loufoque qu'à une histoire essentiellement sentimentale, car le sujet Marilyn devient vite secondaire, je trouve... Et du coup, à vrai dire, je me suis retrouvée à lire un roman qui n'est pas nécessairement du genre vers lequel je me tourne spontanément.
Mais c'est bien tombé niveau timing (les intempéries, les grèves = envie de détente...) et mon côté midinette s'est laissé prendre au jeu, j'ai donc suivi le cheminement, les tiraillements et emportements de l'attachante Hanna avec plaisir et curiosité.
Car derrière son côté rom-com (dont il n'a pas à rougir), ce roman 
simple, mais pas simplet, traite joliment du traumatisme, de la bascule que peut entraîner un accident, des interrogations qui arrivent dans un couple/une famille, de la vieillesse/la maladie, de la passion et des fantasmes qui déstabilisent mais aident parfois à passer des caps, et à renaître.   

J'ai appris qu'une suite (Hanna) était sortie depuis, je ne sais pas si je la lirai, mais j'avoue tout de même être curieuse de savoir si............ 

"Au fond, que Zelda Zonk ait été Marilyn ou pas n’était pas le problème – cela n’avait jamais été le problème. Seule subsistait de cette quête la possibilité d’une autre vie, pour elle et pour tout le monde."

La drôle de vie de Zelda Zonk a obtenu le Prix Maison de la Presse 2015.

L'auteur(e) >> Laurence Peyrin a été journaliste de presse pendant 20 ans. Mère de six enfants pour la plupart adolescents, elle se consacre désormais à transmettre sa passion du cinéma à des élèves de collège, aux voyages et à l’écriture qui occupe la plus grande partie de sa vie.