Phrères B

Devenir tout à fait fou, illuminé, fou à lier sans liens, sans passé, habité par des songes, rêveur aux yeux terriblement ouverts, aliéné à la Poésie, la seule maîtresse valable car elle exige tout, absorbe tout.»
Reims, 1925. Lecomte, adolescent charismatique, vit une amitié passionnelle avec Daumal, jeune homme réservé et brillant. Ils ont formé, avec Vailland, le dandy, et Meyrat, dit la Stryge, une communauté initiatique et poétique: les Phrères simplistes. Croyant en l'expérimentation comme seul moyen de connaissance, adeptes de Rimbaud et de son « dérèglement de tous les sens », ils rêvent de monter à Paris, pour fonder une revue poétique qui détrônerait les surréalistes. 
Mais le père de Lecomte s'oppose à son départ. Désespérés par une vie trop éloignée de leur idéal, Lecomte et Daumal décident de se suicider. Ils n'ont plus que quelques jours pour vivre... 
Quelques jours pour écrire les plus beaux poèmes: testament laissé aux siècles futurs.

A chaque lecture de Claire Barré, je me dis et redis qu'elle a une plume fantastique.
Elle m'avait épatée avec son premier roman Ceci est mon sexe, envoutée avec son deuxième Baudelaire, le Diable et moi

Et voici qu'avec Phrères elle m'a encore entraînée hors des sentiers battus, à la découverte du destin méconnu de Roger Gilbert Lecomte (ce jeune homme au regard troublant en photo sur le bandeau du livre), René Daumal, Roger Vailland et Robert Meyrat, admirateurs de Rimbaud qui, à 17 ans, ont créé une communauté baptisée les Phrères Simplistes.
phrères simplistesDésirant quitter Reims pour se rendre à Paris afin d'y créer leur propre revue poétique en opposition aux surréalistes menés par Breton, ils se voient confrontés au refus du père de Lecomte, et décident alors, amoureux d'absolu qu'ils sont, de s'exclure de cette vie étriquée en se suicidant.

C'est avec ses talents 
scénaristiques et poétiques mêlés, son amour de la langue, de la folie, de la ferveur, que Claire Barré nous narre cette histoire d'amitié, d'amour, d'arrogance, de légèreté et d'échange, entre premières fois, expérimentations de l'au-delà, méditation, excès, drogue, philosophie, métaphysique et écriture.

Phrères est un roman enlevé, spirituel, doté de la délicate érudition de son auteur qui
 nous fait frénétiquement traverser les années d'apprentissage de ces brillants chiens fous.
Claire Barré matérialise/incarne à merveille ses personnages, et nous transperce de leur philosophie qui fut de n'affronter la vie qu'à l'unique condition de ne jamais le faire à moitié.

"Pas le temps de trier. Laisser venir, laisser couler les mots, les doutes, les pensées. Témoigner. Imprimer une trace. Se concentrer jusqu'au jaillissement de l'âme. Plus tard, il aura le temps de couper, ciseler.
Aura-t-il le temps?
Ne pas se laisser parasiter. Ecrire, réfléchir, pondre. Accoucher, avec ou sans douleur, ne rien garder dans le ventre. Vomir du verbe signifiant."

L'auteur >> Après une formation de comédienne au Cours Simon, Claire Barré joue et écrit pour le café-théâtre et le théâtre. Un passage au Point-Virgule lui permet de se faire repérer par un producteur. Reçue au concours du Conservatoire européen d'écriture audiovisuelle, elle y suit une formation de scénariste. En sortant, elle écrit pour différentes séries télé. En plus des ateliers d'écriture scénaristique qu'elle anime au CEEA, à la Fémis et à l'université Paris X, elle développe plusieurs projets pour la télévision et le cinéma, dont un film sur la femme d'Oscar Wilde (lauréat du prix Sopadin). Son premier roman, Ceci est mon sexe, est sorti chez Hugo & Cie en juin 2014, le deuxième Baudelaire, le Diable et moi chez Robert Laffont en mars 2015.

Les éditions Robert Laffont : http://www.laffont.fr/site/page_accueil_site_editions_robert_laffont_&1.html